Welcome!

Microsoft Cloud Authors: Pat Romanski, Elizabeth White, Liz McMillan, Mihai Corbuleac, David Bermingham

News Feed Item

Mise au point d'Artprice de l'étude d'Artemundi Global Fund sur la mort des maisons de ventes

PARIS, December 7, 2012 /PRNewswire/ --

Thierry Ehrmann, Fondateur et Président d'Artprice, tient à préciser la position d'Artprice face à l'étude d'Artemundi Global Fund sur la fin des maisons de ventes, dont Sotheby et Christie's en tête.

Au préalable, Artprice, par la voix de son Président, tient à préciser qu'elle ne possède aucun lien capitalistique avec Artemundi Global Fund ni d'accord contractuel ou partenariat. Une confusion s'est opérée avec cette étude qui a le mérite de mettre en lumière des réalités économiques qui sont inévitables pour les maisons de vente face à Internet. Pour autant, Artprice, dans une étude antérieure avait effectivement, il y a 3 ans, indiquait la mort des salles des ventes au sens du lieu physique où s'effectue les enchères face au grand public qui sont appelées à disparaître de l'actif des maisons de vente, petites ou grandes, pour se déplacer sur l'Internet et ses 3 milliards de connectés dont,  bien évidemment, tous les professionnels, amateurs et collectionneurs. La confusion qui s'est établie naît du fait que l'étude d'Artprice d'il y a 3 ans portait sur une sémantique similaire et que l'étude d'Artemundi Global Fund fait usage de données en provenance d'Artprice.

Le fait qu'Artemundi Global Fund utilise en toute légalité des données d'Artprice ne constitue pas un quelconque accord ni caution d'Artprice sur son étude. Artprice rappelle dans ses communiqués qu'elle fournit chaque année 6300 médias de presse écrite et audiovisuelle ainsi que de nombreux bureaux d'études de par son statut de Leader mondial du marché de l'art.

La position d'Artprice est très claire, les maisons de ventes qui sont depuis toujours ses partenaires et ses clients historiques doivent affrontées un terrible choc culturel et économique vis à vis de l'Internet comme la presse écrite le vie actuellement. A ce titre, les maisons de ventes, selon Artprice, ont le bon réflexe de s'allier principalement avec elle sur sa Place de Marché Normalisée protégée au titre de la propriété intellectuelle afin d'effectuer une migration salutaire dont elles n'ont pas les moyens de construire les infrastructures informatiques et ne possèdent pas les droits pour reproduire la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

Enfin, les dirigeants des plus grandes maisons de ventes se sont tous exprimés sans aucune ambiguïté pour affirmer que 80 % du middle market est désormais sur l'Internet comme il en ressort, entres autres, de l'interview du Président de Christie's qui indique au journal LES ECHOS"l'avenir du middle market de 800 à 10 000 € est sur le Net" où Artprice précise que ce segment représente, à l'échelon mondial, 80 % des transactions.

De même, Artprice ne peut que constater, en étant présent physiquement en Chine, que la notion de salle de ventes physique des grandes maisons de ventes chinoises qui se sont bâties en quelques années, à contrario des grandes maisons anglo-saxonnes qui ont plusieurs siècles, n'a pas vraiment de sens à l'heure où l'intégralité des gens dans le monde possédant un pouvoir d'achat conséquent n'ont aucune raison de se rendre physiquement dans une salle des ventes. De plus, Artprice est d'ores et déjà, par ses partenariats, capable d'affirmer que la Chine pour 2012 va littéralement écraser le marché américain et européen qu'elle avait déjà amplement dépassé.

A titre d'information, Artprice communique en intégralité le texte original d'Artemundi Global Fund sur la mort des maisons de ventes (une version anglaise est en ligne chez eux)

"POUR QUI SONNE LE GLAS: LA MORT DES MAISONS DE VENTES

Artemundi Global Fund, un fonds d'investissement dédié à l'art, annonce à travers un récent communiqué de presse la mort prochaine des maisons de ventes, Christie's et Sotheby's en tête. Le progrès rattrape ces poids lourds des enchères et il semblerait qu'elles ne peuvent rien y faire.

En effet, l'industrie de l'art est en pleine évolution et les maisons de vente sont laissées de côté. Artemundi Global Fund les décrit comme étant des anachronismes, maintenues artificiellement par traditionalisme. Elles représentent d'anciens protocoles, d'anciennes façons de fonctionner et de mettre en relation un acheteur et un vendeur. La révolution technologique met à mal de nombreuses entreprises établies, tous secteurs confondus, et l'industrie de l'art n'est pas épargnée.

Pour Artemundi, les maisons de ventes - un intermédiaire beaucoup trop cher réclamant des commissions d'au moins 25 % - sont en train de « creuser leurs propres tombes ». Comme Internet tue la presse papier, Internet tue les maisons de vente. Elles sont en passe de devenir des reliques du passé, et ce ne sera ni la première et ni la dernière fois que cela se produira.

Certes, certains pourraient contredire les affirmations de Artemundi Global Fund en s'appuyant sur les chiffres d'affaire réalisés récemment par les maisons de vente : elles continuent d'engranger des sommes considérables. Toutefois, le fonds d'investissement déclare qu'en les analysant dans leur ensemble, à une échelle globale on constate alors que ces résultats - semblent-ils stables - ont été soutenus par des ventes non viables. Les résultats sont « truqués » par des ventes records. Artemundi prend l'exemple de la vente de L'homme qui marche de Giacometti pour 104 millions de dollars, ainsi que celle de The Scream de Munch pour 119 millions de dollars. Selon eux, si le contexte économique avait été plus sain alors ces records n'auraient jamais été atteints. On parle ici « d'objets de passions » ou de « trophées » achetés par de riches collectionneurs qui ne reflètent aucunement l'état global du marché de l'art. Ainsi, Artprice indique que 58 % du chiffre d'affaire total du marché de l'art en 2011 ne correspond qu'à 1 % des lots, ces fameux « trophées » souffrant de l'inflation. Seulement 1.680 lots auraient été vendus au dessus du million de dollars, sur 36,8 millions de transactions dans le monde : un chiffre minime.

http://www.artemundiglobalfund.com

Pour Artemundi Global Fund, l'avenir du marché de l'art peut dès aujourd'hui être connu. Les fonds d'investissement gagnent en envergure : valeur et nombre en perpétuelle hausse. Depuis les années 1970, ils se sont développés au point de devenir des institutions organisées. Ils travaillent en synergie avec tous les acteurs du marché de l'art, ce que les maisons de vente ne savent pas faire.

Par ailleurs, il est clair que les ventes d'oeuvres d'art sur Internet sont en train de modifier la structure même du marché de l'art, surtout qu'il s'agit d'un phénomène de plus en plus courant. Internet fournit aussi un accès à un très grand nombre d'informations permettant la création d'un environnement transparent et compétitif ; tant de facteurs contre lesquels les maisons de vente ne peuvent pas lutter.

Les maisons de vente ne savent pas ou plus ce qui est nécessaire, elles sont aveuglées par l'auto-préservation. Cela ne les rend pas digne de confiance en matière d'évaluation des œuvres d'art.

La question que Artemundi veut donc que l'on se pose est la suivante : combien de temps reste-t-il réellement aux maisons de vente traditionnelles ? Elles appartiennent à un passé sans Internet ni ordinateur. Elles étaient, certes, des lieux importants où se rencontraient acheteurs et vendeurs, mais cela est révolu. Ces intermédiaires n'ont plus aucune chance face à cette nouvelle façon de fonctionner - où les commissions, par exemple, approcheront les zéro. À l'avenir, l'industrie du marché de l'art ressemblera plus à New York Stock Exchange qu'à eBay ou Amazon, mais cela est déjà un grand changement.

Javier Lumbreras"

A propos d'Artprice :

Artprice intègre le SBF 120 le 21 décembre 2012 après la clôture du Marché. En effet, à la suite de la révision trimestrielle des indices Euronext Paris, en date du 6 décembre 2012, le Conseil Scientifique des Indices a pris la décision d'admettre Artprice.com dans les échantillons composant les indices CAC Mid 60 et SBF 120 dont la date d'effet est fixée au vendredi 21 décembre 2012 après la clôture du Marché.

Artprice avec plus de 12 ans de communication réglementée à l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site http://www.artprice.com

et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, Actusnews (http://www.actusnews.com).

(c)1987-2012 thierry Ehrmann

Artprice invite ses actionnaires et le marché, pour comprendre précisément cette révolution législative et historique de 5 siècles et l'impact sur Artprice, à lire en 50 questions-réponses courtes et pédagogiques la synthèse faite en mars 2012 de la Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères depuis son lancement fin janvier 2012. http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-26960

Lien Internet ci joint sur Actusnews, site homologué de l'AMF à l'adresse ci-jointe : http://www.actusnews.com

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 27 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 500 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 6 300 titres de presse dans le monde. Artprice diffuse auprès de ses 1 953 000 membres (member log in), ses annonces, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d'Art à prix fixes ou aux enchères (réglementée par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce).

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris au compartiment B, SRD long only et intègre le SBF 120 le 21 décembre 2012 après la clôture du Marché : Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF

Sommaire des communiqués d'Artprice:

http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Découvrir l'alchimie et l'univers d'Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d'art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos.

Suivre en temps réel toute l'actualité du Marché de l'art avec Artprice sur Twitter:

http://twitter.com/artpricedotcom

Contact: Josette Mey, tel: +33(0)478-220-000, e-mail: [email protected]


More Stories By PR Newswire

Copyright © 2007 PR Newswire. All rights reserved. Republication or redistribution of PRNewswire content is expressly prohibited without the prior written consent of PRNewswire. PRNewswire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories
Machine Learning helps make complex systems more efficient. By applying advanced Machine Learning techniques such as Cognitive Fingerprinting, wind project operators can utilize these tools to learn from collected data, detect regular patterns, and optimize their own operations. In his session at 18th Cloud Expo, Stuart Gillen, Director of Business Development at SparkCognition, discussed how research has demonstrated the value of Machine Learning in delivering next generation analytics to imp...
The cloud promises new levels of agility and cost-savings for Big Data, data warehousing and analytics. But it’s challenging to understand all the options – from IaaS and PaaS to newer services like HaaS (Hadoop as a Service) and BDaaS (Big Data as a Service). In her session at @BigDataExpo at @ThingsExpo, Hannah Smalltree, a director at Cazena, provided an educational overview of emerging “as-a-service” options for Big Data in the cloud. This is critical background for IT and data profession...
A strange thing is happening along the way to the Internet of Things, namely far too many devices to work with and manage. It has become clear that we'll need much higher efficiency user experiences that can allow us to more easily and scalably work with the thousands of devices that will soon be in each of our lives. Enter the conversational interface revolution, combining bots we can literally talk with, gesture to, and even direct with our thoughts, with embedded artificial intelligence, wh...
Whether your IoT service is connecting cars, homes, appliances, wearable, cameras or other devices, one question hangs in the balance – how do you actually make money from this service? The ability to turn your IoT service into profit requires the ability to create a monetization strategy that is flexible, scalable and working for you in real-time. It must be a transparent, smoothly implemented strategy that all stakeholders – from customers to the board – will be able to understand and comprehe...
When people aren’t talking about VMs and containers, they’re talking about serverless architecture. Serverless is about no maintenance. It means you are not worried about low-level infrastructural and operational details. An event-driven serverless platform is a great use case for IoT. In his session at @ThingsExpo, Animesh Singh, an STSM and Lead for IBM Cloud Platform and Infrastructure, will detail how to build a distributed serverless, polyglot, microservices framework using open source tec...
Connected devices and the industrial internet are growing exponentially every year with Cisco expecting 50 billion devices to be in operation by 2020. In this period of growth, location-based insights are becoming invaluable to many businesses as they adopt new connected technologies. Knowing when and where these devices connect from is critical for a number of scenarios in supply chain management, disaster management, emergency response, M2M, location marketing and more. In his session at @Th...
In his keynote at 18th Cloud Expo, Andrew Keys, Co-Founder of ConsenSys Enterprise, provided an overview of the evolution of the Internet and the Database and the future of their combination – the Blockchain. Andrew Keys is Co-Founder of ConsenSys Enterprise. He comes to ConsenSys Enterprise with capital markets, technology and entrepreneurial experience. Previously, he worked for UBS investment bank in equities analysis. Later, he was responsible for the creation and distribution of life sett...
Cloud Expo, Inc. has announced today that Andi Mann returns to 'DevOps at Cloud Expo 2016' as Conference Chair The @DevOpsSummit at Cloud Expo will take place on November 1-3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. "DevOps is set to be one of the most profound disruptions to hit IT in decades," said Andi Mann. "It is a natural extension of cloud computing, and I have seen both firsthand and in independent research the fantastic results DevOps delivers. So I am excited t...
"We work in the area of Big Data analytics and Big Data analytics is a very crowded space - you have Hadoop, ETL, warehousing, visualization and there's a lot of effort trying to get these tools to talk to each other," explained Mukund Deshpande, head of the Analytics practice at Accelerite, in this SYS-CON.tv interview at 18th Cloud Expo, held June 7-9, 2016, at the Javits Center in New York City, NY.
"delaPlex is a software development company. We do team-based outsourcing development," explained Mark Rivers, COO and Co-founder of delaPlex Software, in this SYS-CON.tv interview at 18th Cloud Expo, held June 7-9, 2016, at the Javits Center in New York City, NY.
IoT is rapidly changing the way enterprises are using data to improve business decision-making. In order to derive business value, organizations must unlock insights from the data gathered and then act on these. In their session at @ThingsExpo, Eric Hoffman, Vice President at EastBanc Technologies, and Peter Shashkin, Head of Development Department at EastBanc Technologies, discussed how one organization leveraged IoT, cloud technology and data analysis to improve customer experiences and effi...
Basho Technologies has announced the latest release of Basho Riak TS, version 1.3. Riak TS is an enterprise-grade NoSQL database optimized for Internet of Things (IoT). The open source version enables developers to download the software for free and use it in production as well as make contributions to the code and develop applications around Riak TS. Enhancements to Riak TS make it quick, easy and cost-effective to spin up an instance to test new ideas and build IoT applications. In addition to...
The idea of comparing data in motion (at the sensor level) to data at rest (in a Big Data server warehouse) with predictive analytics in the cloud is very appealing to the industrial IoT sector. The problem Big Data vendors have, however, is access to that data in motion at the sensor location. In his session at @ThingsExpo, Scott Allen, CMO of FreeWave, discussed how as IoT is increasingly adopted by industrial markets, there is going to be an increased demand for sensor data from the outermos...
CenturyLink has announced that application server solutions from GENBAND are now available as part of CenturyLink’s Networx contracts. The General Services Administration (GSA)’s Networx program includes the largest telecommunications contract vehicles ever awarded by the federal government. CenturyLink recently secured an extension through spring 2020 of its offerings available to federal government agencies via GSA’s Networx Universal and Enterprise contracts. GENBAND’s EXPERiUS™ Application...
The cloud market growth today is largely in public clouds. While there is a lot of spend in IT departments in virtualization, these aren’t yet translating into a true “cloud” experience within the enterprise. What is stopping the growth of the “private cloud” market? In his general session at 18th Cloud Expo, Nara Rajagopalan, CEO of Accelerite, explored the challenges in deploying, managing, and getting adoption for a private cloud within an enterprise. What are the key differences between wh...
Presidio has received the 2015 EMC Partner Services Quality Award from EMC Corporation for achieving outstanding service excellence and customer satisfaction as measured by the EMC Partner Services Quality (PSQ) program. Presidio was also honored as the 2015 EMC Americas Marketing Excellence Partner of the Year and 2015 Mid-Market East Partner of the Year. The EMC PSQ program is a project-specific survey program designed for partners with Service Partner designations to solicit customer feedbac...
The IoT is changing the way enterprises conduct business. In his session at @ThingsExpo, Eric Hoffman, Vice President at EastBanc Technologies, discussed how businesses can gain an edge over competitors by empowering consumers to take control through IoT. He cited examples such as a Washington, D.C.-based sports club that leveraged IoT and the cloud to develop a comprehensive booking system. He also highlighted how IoT can revitalize and restore outdated business models, making them profitable ...
There are several IoTs: the Industrial Internet, Consumer Wearables, Wearables and Healthcare, Supply Chains, and the movement toward Smart Grids, Cities, Regions, and Nations. There are competing communications standards every step of the way, a bewildering array of sensors and devices, and an entire world of competing data analytics platforms. To some this appears to be chaos. In this power panel at @ThingsExpo, moderated by Conference Chair Roger Strukhoff, Bradley Holt, Developer Advocate a...
SYS-CON Events has announced today that Roger Strukhoff has been named conference chair of Cloud Expo and @ThingsExpo 2016 Silicon Valley. The 19th Cloud Expo and 6th @ThingsExpo will take place on November 1-3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. "The Internet of Things brings trillions of dollars of opportunity to developers and enterprise IT, no matter how you measure it," stated Roger Strukhoff. "More importantly, it leverages the power of devices and the Interne...
In addition to all the benefits, IoT is also bringing new kind of customer experience challenges - cars that unlock themselves, thermostats turning houses into saunas and baby video monitors broadcasting over the internet. This list can only increase because while IoT services should be intuitive and simple to use, the delivery ecosystem is a myriad of potential problems as IoT explodes complexity. So finding a performance issue is like finding the proverbial needle in the haystack.