Welcome!

.NET Authors: Adine Deford, Srinivasan Sundara Rajan, David Fletcher, Pat Romanski, Tad Anderson

News Feed Item

Weatherford présente les résultats du troisième trimestre avant impôts

-- La société réalise un record trimestriel en matière de produits d'exploitation

GENÈVE, 17 novembre 2012 /PRNewswire/ -- Weatherford International Ltd. (NYSE et SIX : WFT) a annoncé aujourd'hui, pour le troisième trimestre de l'exercice 2012, un bénéfice avant impôt préliminaire de 191 millions USD ou 264 millions USD après l'exclusion des pertes avant impôts de 73 millions USD. Les éléments exclus sont :

  • Un moindre coût ou ajustement du marché à la valeur comptable de notre stock de 29 millions USD
  • 27 millions USD de frais professionnels liés à nos efforts de régularisation comptable
  • 11 millions USD de frais et dépenses liés à notre sollicitation de consentement en août 2012 qui prolonge l'échéance de dépôt de l'état des comptes de nos billets de premier rang au 31 mars 2013, et
  • Des indemnités de départ, de sortie et autres frais de 6 millions USD.

La société annonce également une perte avant impôts révisée préliminaire pour le deuxième trimestre 2012 de 753 millions USD, soit un bénéfice de 146 millions de dollars après l'exclusion des pertes avant impôts de 899 millions USD. Ces résultats avaient été précédemment comptabilisés sur une base provisoire, et les éléments exclus sont :

  • 589 millions USD de charges hors trésorerie pour dépréciation du fonds commercial dans les régions du Moyen-Orient/d'Afrique du Nord et d'Afrique sub-saharienne
  • 204 millions USD essentiellement imputables à la dévaluation de placements hors trésorerie
  • 100 millions $ de frais représentant les meilleures estimations de la société concernant un règlement potentiel avec le gouvernement américain au sujet de son enquête sur des allégations de ventes illicites dans certains pays soumis à des sanctions, inclus dans nos résultats précédents du deuxième trimestre
  • 28 millions USD de bénéfices suite à la vente d'activités, comprenant une révision de 25 millions USD du montant précédemment indiqué
  • 11 millions USD de frais professionnels liés à nos efforts de régularisation comptable et
  • Des indemnités de départ, de sortie et autres ajustements de 23 millions USD.

Les autres éléments non exclus qui sont des ajustements aux résultats précédemment rapportés s'élèvent à 76 millions USD imputables aux variations du résultat d'exploitation précédemment indiqué dans les contrats selon la base du degré d'avancement des travaux et 55 millions USD imputables au stock excédentaire et obsolète.

Les produits d'exploitation du troisième trimestre s'élèvent à 3 818 millions USD et représentent un record trimestriel, en hausse de deux pourcent séquentiellement par rapport aux produits d'exploitation révisés du deuxième trimestre qui s'élevaient à 3 747 millions USD. La hausse des produits d'exploitation est de 13 % par rapport au même trimestre de l'exercice 2011. Les produits d'exploitation nord-américains ont augmenté de quatre pourcent séquentiellement, limités par un nombre d'installations de forage moins important que prévu au Canada et la baisse de prix du pompage sous pression aux États-Unis et de sept pourcent par rapport au même trimestre 2011. Les produits d'exploitation internationaux ont stagné séquentiellement mais ont enregistré une hausse de 20 pourcent par rapport au trimestre équivalent de l'exercice 2011. Les secteurs Complétion et Production ont connu la plus forte croissance séquentielle grâce à la performance solide des activités Systèmes d'injection artificiel, partiellement compensée par la baisse des activités Stimulation et Produits chimiques. Le secteur Évaluation de la formation et Construction de puits a aussi connu une forte croissance séquentielle grâce à ses activités de Repêchage et Rentrée, Services de forage et Construction de puits, partiellement compensée par une baisse des activités de Forage Intégré.

Le bénéfice d'exploitation sectoriel a atteint 448 millions USD sur une base PCGR. Corrigé des éléments exclus, le bénéfice d'exploitation qui s'élève à 521 millions USD a essentiellement stagné en glissement annuel mais a augmenté de 30 pourcent séquentiellement. Sur une base ajustée, les frais du siège, de recherche, de développement et autres, net, étaient inférieurs séquentiellement de deux pourcent.

Sous réserve des risques associés aux énoncés prospectifs mis en évidence par la société dans le présent communiqué et dans ses soumissions publiques, la société prévoit au dernier trimestre 2012 des bénéfices par action après dilution d'environ 0,20 USD. Concernant tout l'exercice 2013, la société maintient des perspectives optimistes pour ses activités nord-américaines et anticipe une amélioration modeste du bénéfice et un résultat d'exploitation en hausse confirmant la tendance actuelle. Au niveau international, la société prévoit la poursuite de la croissance et de meilleures marges en Amérique Latine, grâce aux améliorations au Mexique, en Colombie, au Venezuela et en Argentine. Une amélioration est également anticipée dans d'autres régions en 2013, notamment en Europe, en Afrique sub-saharienne et en Russie, ainsi que la poursuite de la reprise dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie-Pacifique grâce aux contributions positives en 2013. Pour tout l'exercice 2012, la société estime actuellement un taux d'imposition effectif d'environ 45 pourcent et un taux d'imposition en trésorerie similaire à celui de l'année dernière, à 33 % environ. Pour 2013, la société estime actuellement un taux d'imposition effectif d'environ 34 pourcent.

Amérique du Nord

Les produits d'exploitation du trimestre se sont élevés à 1 725 millions USD, soit une hausse de sept pourcent par rapport au trimestre équivalent de l'exercice précédent et une hausse de 62 millions USD ou quatre pourcent séquentiellement. En Amérique du Nord, les États-Unis ont affiché une légère baisse séquentielle due à la baisse des installations de forage, à l'excédent de capacité de la fracturation hydraulique et à l'ouragan Isaac. Cette baisse a été largement compensée par la croissance séquentielle au Canada entraînée par une reprise saisonnière malgré la baisse des installations de forage par rapport à l'année précédente.

Pour le trimestre, les produits d'exploitation ont atteint 297 millions USD, soit une baisse de 55 millions USD ou 16% par rapport au trimestre équivalent de l'exercice précédent et une augmentation de 65 millions USD, ou 28 pourcent, séquentiellement.

Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

Les produits d'exploitation du troisième trimestre s'élèvent à 699 millions USD, soit une augmentation de 22 pourcent par rapport au troisième trimestre 2011 et une augmentation de 50 millions USD, soit huit pourcent, séquentiellement. Les augmentations séquentielles et en glissement annuel sont imputables à une recrudescence de l'activité en Irak, en Arabie Saoudite, en Australie et en Oman.

Le bénéfice d'exploitation du trimestre actuel s'élève à 33 millions USD, soit une hausse de 16 millions USD par rapport au trimestre équivalent de l'exercice précédent et une hausse de 65 millions USD par rapport à la perte d'exploitation au deuxième trimestre 2012.

Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

Les produits d'exploitation du troisième trimestre ont atteint 626 millions USD, soit une augmentation de sept pourcent par rapport au trimestre équivalent de l'exercice 2011 et une baisse de quatre pourcent par rapport au trimestre précédent. Chaque région a contribué à la croissance des produits d'exploitation en glissement annuel, avec notamment de solides performances en Roumanie, au Kazakhstan, au Kenya et au Congo. Des baisses séquentielles et des bénéfices d'exploitation ont été enregistrés en Russie, Tanzanie, au Royaume-Uni et en mer Caspienne.

Les produits d'exploitation du trimestre actuel ont atteint 94 millions USD, soit une hausse de 16 pourcent par rapport au trimestre équivalent de l'exercice précédent, et une baisse de 17 millions USD, soit 15 pourcent par rapport au trimestre précédent. L'activité de l'Azerbaïdjan et du Royaume-Uni a connu un ralentissement considérable ce trimestre, tout comme la Russie qui était relativement forte au trimestre précédent.

Amérique Latine

Les produits d'exploitation du troisième trimestre ont atteint 768 millions USD, soit une augmentation de 176 millions USD ou 30 pourcent par rapport au équivalent de l'exercice précédent et une baisse de deux pourcent par rapport au deuxième trimestre 2012. Les produits d'exploitation du trimestre actuel s'élèvent à 97 millions USD, soit une hausse de 27 millions USD ou 39 pourcent par rapport au trimestre équivalent de l'exercice précédent et une augmentation de sept pourcent par rapport au trimestre précédent. Le Mexique et la Colombie ont été les principaux moteurs de la baisse séquentielle du bénéfice et des produits d'exploitation en raison de la baisse des installations de forage.

Liquidités et endettement net

L'endettement net du trimestre a augmenté de 347 millions USD séquentiellement, essentiellement du fait des dépenses en immobilisations d’environ 540 millions USD, net des pertes au cours des opérations de forage, et d'une augmentation de 203 millions USD du fonds de roulement, compensées par les contributions positives des opérations. Séquentiellement, le délai de règlement est passé à 92 jours et le délai de rotation des stocks à 89 jours.

Dégradation du fonds commercial et des placements en actions

Au cours des trois mois clos le 30 juin 2012, la baisse continue du cours des actions nominatives de la société a poussé la direction à déterminer si un événement ou un changement était survenu, ayant probablement entraîné la réduction de la juste valeur d'une des unités comptables de la société, en dessous de sa valeur comptable. Suite à l'examen des circonstances pertinentes, la direction a préparé l'analyse nécessaire pour identifier les pertes de valeur potentielles à travers une comparaison des justes valeurs et des valeurs comptables des unités comptables. Comme annoncé en juillet 2012 dans le cadre de nos résultats préliminaires du deuxième trimestre, l'analyse a indiqué que les unités comptables du Moyen-Orient/d'Afrique du Nord, de Russie et de l'Afrique sub-saharienne ont potentiellement subi une perte de valeur. Au cours de troisième trimestre 2012, la société a finalisé son analyse de la dégradation du fonds commercial et a conclu que la valeur comptable du fonds commercial au Moyen-Orient/en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne dépassait la juste valeur du fonds commercial et comptabilisait une charge hors trésorerie de 589 millions USD au deuxième trimestre pour radier l'écart d'acquisition dans ces unités comptables. L'unité comptable de Russie ne connaît aucune dégradation de son fonds commercial. Lors de notre analyse de la dégradation du fonds commercial,  nous avons également identifié des pertes de valeur liées à nos placements et comptabilisé une charge hors trésorerie de 204 millions USD au cours du deuxième trimestre liée à ces investissements.

Lacunes considérables relatives au degré d'avancement du contrat en Irak

La société a retraité les résultats rapportés précédemment pour le premier trimestre 2012 et a révisé ses résultats préliminaires du deuxième trimestre 2012 pour corriger les erreurs dans le bénéfice et les produits d'exploitation par rapport au degré d'avancement du contrat. Dans le cadre de ces corrections, nous avons identifié une lacune considérable dans les contrôles internes sur les rapports financiers au sujet du degré d'avancement du contrat en Irak. Les ajustements défavorables au bénéfice d'exploitation des premier et deuxième trimestres s'élèvent à 24 millions USD et 55 millions USD respectivement. La société a mis en place des contrôles et des procédures supplémentaires sur le degré d'avancement au cours du troisième trimestre 2012 pour remédier aux problèmes liés à l'Irak et qui seront pris en compte dans notre évaluation du contrôle interne fin 2012.

Aspects fiscaux et corrections des lacunes considérables

La société présente des résultats avant impôts compte tenu des éléments suivants :

  • Comme indiqué précédemment, dans le rapport trimestriel de la société sur formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 31 mars 2012, dans les rapports annuels de la société sur formulaire 10-K pour les exercices clos le 31 décembre 2011 et 2010 et dans chaque rapport trimestriel sur formulaire 10-Q pour l'exercice clos le 31 décembre 2011, la société a identifié des lacunes considérables en matière de comptabilité. Ces lacunes concernent le contrôle interne de la présentation des informations financières sur les impôts actuels échus, certaines économies ou charges d'impôts reportées, les réserves pour les positions fiscales incertaines et les charges actuelles et reportées de l'impôt sur les bénéfices. Ces lacunes considérables ont entraîné le retraitement des états financiers consolidés de la société inclus dans des rapports annuels sur formulaire 10-K pour les exercices 2011 et  2010. À ce jour, les lacunes considérables de la comptabilité de l'impôt sur les bénéfices n'ont pas été rectifiées et la direction a identifié d'autres erreurs de comptabilité fiscales, comme indiqué ci-dessous.
  • Comme indiqué par la société dans ses résultats du deuxième trimestre 2012, et dans le cadre des efforts de rectification et de conclusion des procédures de clôture du deuxième trimestre, la direction a découvert et indiqué 92 millions USD de charge d'impôts associés aux périodes précédentes. Une part considérable de cette charge concerne les estimations de la direction en ce qui concerne des avantages fiscaux non-reconnus et des ajustements sur la différence entre les impôts effectivement payés et les impôts à payer pour la période précédente sur plus de 200 déclarations fiscales au second trimestre.
  • Étant donné les ajustements susmentionnés, le comité d'audit de notre conseil d'administration a conclu, le 24 juillet 2012, que les investisseurs ne devraient plus prendre en compte les états financiers publiés précédemment. Comme annoncé dans le communiqué présentant nos résultats préliminaires du deuxième trimestre, la société prévoit de soumettre les états financiers retraités pour les exercices 2011, 2010 et 2009 dans le formulaire 10-K pour l'exercice clos le 31 décembre 2011 et les états financiers du premier trimestre 2012 dans le formulaire 10-K dès que possible mais pas avant d'avoir terminé les procédures supplémentaires et la révision de sa comptabilisation de l'impôt sur les bénéfices. En outre, la société a l'intention d'inclure dans le formulaire 10-K des données financières trimestrielles retraitées pour chaque trimestre de l'exercice 2011 et 2010. Compte tenu des informations concernant les exercices précédents, que la société a l'intention d'inclure dans son formulaire 10-K, la société ne prévoit pas de soumettre des modifications à son formulaire 10-Q pour le deuxième et troisième trimestre 2012  en même temps que le dépôt des informations financières retraitées.
  • Au cours du troisième trimestre, nous avons approfondi les procédures et les révisions concernant nos impôts sur les bénéfices afin de nous assurer que nos états financiers consolidés retraités seront préparés conformément aux principes comptables généralement reconnus. Ces procédures approfondies d'une portée exceptionnelle comportent une validation approfondie de tous nos comptes d'impôts et sont principalement axées sur les rapprochements des soldes d'impôts différés à la valeur fiscale des actifs et des passifs dans toutes les juridictions, un examen approfondi des avantages fiscaux non reconnus dans toutes les juridictions fiscales avec un accent supplémentaire mis sur les activités de prix de transfert, et un examen complémentaire de la comptabilité des impôts retenus à la source. Ces procédures supplémentaires ont étudié un volume important de données et analyser nos comptes d'impôts. La société estime qu'elle a fait des progrès substantiels en vue de l'achèvement de ces procédures et, sur la base des progrès réalisés à ce jour, a réduit son calendrier prévisionnel pour préparer tous les dépôts réglementaires de ses états financiers fin novembre 2012.
  • À la suite de ces procédures supplémentaires, nous avons identifié à la date de ce communiqué des erreurs comptables totalisant environ 150 millions USD associées aux périodes précédentes. Les erreurs relevées sont essentiellement dues à une augmentation nette des impôts sur les bénéfices pour provisions pour avantages fiscaux non constatés. Cependant, l'analyse de la direction n'est pas terminée et ces chiffres sont susceptibles d'être modifiés. En dehors des paiements nets supplémentaires, versés au moment de la soumission des déclarations fiscales, aucun de ces ajustements ne devrait affecter les soldes d'endettement net présentés par la société dans ses états financiers antérieurs.
  • Tant que la société n'a pas terminé son analyse des ajustements potentiels susmentionnés, elle ne finalisera pas ses comptes fiscaux pour les neuf mois clos le 30 septembre 2012.
  • La société publiera dans une soumission auprès de la SEC et sur son site Internet (www.weatherford.com, section « Investor relations » et « Conference Call ») un document décrivant les procédures de correction effectuées en 2012 et  les autres étapes entreprises afin de rectifier les lacunes considérables des impôts sur les bénéfices.

Jusqu'à ce que le retraitement soit complété, les estimations de la société concernant les ajustements prévus pour la période entre 2011 et 2008 et les exercices précédents, ainsi que celle des neuf mois clos le 30 septembre 2012, sont susceptibles de changer. Nous ne pouvons pas garantir qu'aucun autre problème ne sera identifié au cours de l'audit et, par conséquent, ces résultats doivent être considérés comme préliminaires jusqu'à ce que la société soumette son formulaire 10-K pour l'exercice clos le 31 décembre 2011, le formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 31 mars 2012, et le formulaire 10-Q pour les trimestres clos le 30 juin et le 30 septembre 2012. Tout changement aux résultats estimés, préliminaires et non-vérifiés fournis dans le présent communiqué, ainsi que d'autres éléments pouvant être identifiés pendant le déroulement de l'audit, peuvent avoir des répercussions importantes sur l'état financier et les résultats des opérations de la société.

La direction continue d'évaluer l'impact du retraitement sur le contrôle interne de la société, en matière de présentation des états financiers, et sur ses mécanismes et procédures de divulgation. À l'issue du processus de retraitement, la direction publiera ses conclusions sur le contrôle interne de la présentation des états financiers et sur les mécanismes et procédure de divulgation.

Reclassifications et non-PCGR

Les  mesures de la performance non-PCGR et les rapprochements correspondants aux mesures financières PCGR sont fournis dans un souci de comparaison utile entre les résultats actuels et les résultats des précédentes périodes d'exploitation

Conférence téléphonique

La société organisera une conférence téléphonique avec les analystes financiers afin de communiquer et examiner les résultats préliminaires du deuxième trimestre le 13 novembre 2012 à 07:00 (CST). La société invite les investisseurs à écouter la conférence en direct via le site Internet de la société, www.weatherford.com, rubrique « Investor Relations ». Une rediffusion de la conférence téléphonique et une retranscription seront rapidement disponibles dans cette section du site.

Weatherford est une multinationale spécialisée dans les services d'exploitation pétrolière dont le siège est basé en Suisse. Weatherford est l'une des plus importantes et plus innovantes sociétés fournisseuses de solutions mécaniques, de technologies et de services pour les activités de forage et de production dans les secteurs du pétrole et du gaz. Elle est présente dans plus de 100 pays et emploie plus de 60 000 personnes réparties dans le monde entier.




Contacts :    

John H. Briscoe

+1.713.836.4610



Vice-président et directeur financier




Karen David-Green 

+1.713.836.7430



Vice-présidente – Relations avec les investisseurs












Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse, ainsi que la conférence téléphonique annoncée par celui-ci, peuvent contenir des énoncés prospectifs au sens de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Cela inclut les déclarations concernant les niveaux futurs des bénéfices, des produits et charges d'exploitation, des marges, des dépenses en immobilisations, des évolutions du fonds de roulement, de la trésorerie, des dépenses fiscales, des taux d'imposition effectifs et du bénéfice net ainsi que les perspectives générales concernant l'industrie des services aux champs pétrolifères et de nos activités en particulier. Les énoncés prospectifs incluent également toute déclaration concernant la procédure de correction en cours des lacunes importantes de notre contrôle interne sur la présentation des impôts sur le revenu dans les états financiers. Il est par essence difficile de faire des projections ou de formuler des énoncés prospectifs dans une industrie cyclique et compte tenu de l'incertitude macroéconomique actuelle. De tels énoncés sont basés sur les convictions actuelles de la direction de Weatherford et sont assujettis à des risques, des hypothèses et des incertitudes considérables. Ces énoncés incluent l'incapacité de la société à élaborer des contrôles internes ou à les améliorer afin de résoudre les problèmes identifiés ; l'impact, sur les opérations, des problèmes de conformité légale ou de la revue des contrôles internes, de l'amélioration et de la correction, y compris la détection de fautes, d'activités illégitimes ou de contournement des contrôles internes ; les difficultés de contrôle des dépenses, y compris les coûts de conformité légale ou de revue des contrôles internes, d'amélioration et de correction ; l'impact des changements de la direction ou du nombre de personnes employées, l'effet de la conjoncture politique, économique et commerciale mondiale sur les résultats anticipés de la société ; la possibilité que la société soit incapable d'estimer les produits attendus, dérivés des contrats actuels et futurs ; l'impact de la fluctuation des taux de change sur les activités de la société ; l'incapacité de la société à gérer sa main d'œuvre afin de contrôler les coûts ; le coût et la disponibilité des matières premières, la capacité de la société à gérer sa chaîne d'approvisionnement et ses processus commerciaux ; la capacité de la société à commercialiser de nouvelles technologies ; la capacité ou non de la Société à concrétiser les bénéfices prévus associés au changement du lieu d'immatriculation de son ancienne maison mère basée aux Bermudes ; la capacité de la société à concrétiser les avantages prévus associés à ses acquisitions et à ses ventes ; l'impact du ralentissement de l'industrie sur la valeur comptable de son fonds commercial ; l'effet des conditions climatiques sur les opérations de la société ; l'impact des cours du pétrole et du gaz naturel et des conditions économiques mondiales sur les activités de forage ; l'impact des troubles sur les marchés financiers et la capacité de la société à gérer le risque associé aux swaps de taux d'intérêt ou de devises ; le résultat des enquêtes gouvernementales à venir, y compris l'enquête de la commission des opérations de bourse sur les circonstances des lacunes considérables de la société en matière de contrôle interne de présentation des impôts sur le revenu dans les états financiers ; le résultat des litiges en cours, y compris le litige avec les actionnaires concernant les lacunes importantes de la société en matière de contrôle interne de présentation des impôts sur le revenu dans les états financiers et son retraitement des états financiers historiques ; les cours futurs du pétrole brut et du gaz naturel ; la demande pour nos produits et services ; les niveaux de prix de nos produits et services ; les taux d'utilisation de nos équipements ; l'efficacité de notre chaîne d'approvisionnement ; les interruptions liées aux conditions climatiques et les autres risques opérationnels et non opérationnels détaillés dans notre plus récent formulaire 10-K et les autres documents déposés auprès de la commission américaine de contrôle des opérations boursières (la SEC). Si l'un ou l'autre de ces risques ou incertitudes se concrétisait, ou si les hypothèses sous-jacentes s'avéraient inexactes, les résultats réels pourraient varier considérablement par rapport à ceux anticipés figurant dans nos énoncés prospectifs. Nous n'assumons aucune obligation de corriger ou de mettre à jour un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou autres, sauf en cas d'obligation légale en vertu des lois fédérales sur les valeurs mobilières.

(Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/19990308/WEATHERFORDLOGO)




Weatherford International Ltd.


Comptes de résultats consolidés et condensés


(non vérifié)


(en millions)







Trimestre clos le


Neuf mois clos le




30/9/2012


30/9/2011


30/9/2012


30/9/2011






(Retraité)




(Retraité)












Produits nets :










Amérique du Nord

1 725 $


 1 619 $


5 142 $


4 323 $



Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

699


573


1 943


1 766



Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

626


586


1 850


1 689



Amérique Latine

768


592


2 221


1 500




3 818


3 370


11 156


9 278












Bénéfice d'exploitation (charges) :










Amérique du Nord

297


352


887


878



Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie 

33


17


24


62



Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

94


81


271


207



Amérique Latine

97


70


271


140



Recherche et développement

(68)


(59)


(195)


(181)



Dépenses du siège

(37)


(32)


(128)


(130)



Fonds commercial et placement en actions

-


-


(793)


-



Réserve pour perte, pays sanctionnés

-


-


(100)


-



Autres éléments

(73)


(18)


(126)


(58)




343


411


111


918












Autres charges :










Intérêts débiteurs, Net

(127)


(115)


(360)


(342)



Autres, Net

(25)


(26)


(70)


(67)












Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices

191


270


(319)


509












Moyenne pondérée du nombre d'actions en circulation :










De base

767


754


764


751



Diluées 

771


760


764


758









Weatherford International Ltd.

Comptes de résultat consolidés condensés

(non vérifié)

(en millions)





Trimestre clos le 30/6/2012



Comptabilisé







précédemment


Ajustements


Retraité








Produits nets :







Amérique du Nord

  1 676 $


    (13) $


 1 663 $


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

668


(19)


649


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

652


1


653


Amérique Latine

782


-


782



3 778


(31)


3 747








Bénéfice d'exploitation (charges) :







Amérique du Nord

271


(39)


232


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

44


(76)


(32)


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

120


(9)


111


Amérique Latine

104


(13)


91


Recherche et développement

(65)


-


(65)


Dépenses du siège

(53)


11


(42)


Fonds commercial et placement en actions

-


(793)


(793)


Réserve pour perte,  pays sanctionnés

(100)


-


(100)


Autres éléments

29


(35)


(6)



350


(954)


(604)








Autres charges :







Intérêts débiteurs, Net

(121)


-


(121)


Autres, Net

(24)


(4)


(28)








Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices

205


(958)


(753)






















    Les résultats préliminaires pour le trimestre clos le 30 juin 2012 ont été révisés dans le but de (i) corriger nos comptes de certains contrats de type construction à long terme, (ii) comptabiliser la dégradation du fonds commercial et des placements en actions précédemment communiqués, (iii) comptabiliser une charge pour stock excédentaire et obsolète, (iv) corriger les erreurs immatérielles précédemment identifiées affectant le résultat d'exploitation qui ont été comptabilisées pour des périodes irrégulières et (v) présenter séparément les frais imputables à la correction d'erreurs dans nos états financiers et à notre effort de retraitement. Suite à ces ajustements, le bénéfice d'exploitation avant impôts a diminué de 958 millions USD.







Weatherford International Ltd.

 Comptes de résultat consolidés condensés

(non vérifié)

(en millions)





Trimestre clos le 31/3/2012



Comptabilisé







précédemment


Ajustements


Retraité








Produits nets :







Amérique du Nord

  1 754 $


        - $


 1 754 $


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

605


(10)


595


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

569


2


571


Amérique Latine

671


-


671



3 599


(8)


3 591








Bénéfice d'exploitation (charges) :







Amérique du Nord

359


(1)


358


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

48


(25)


23


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

60


6


66


Amérique Latine

87


(4)


83


Recherche et développement

(62)


-


(62)


Dépenses du siège

(64)


15


(49)


Autres éléments

(32)


(15)


(47)



396


(24)


372








Autres charges :







Intérêts débiteurs, Net

(112)


-


(112)


Autres, Net

(17)


-


(17)








Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices

267


(24)


243























Les résultats retraités pour le trimestre clos le 31 mars 2012 ont été ajustés pour (i) corriger nos comptes de certains contrats de type construction à long terme, (ii) corriger les erreurs immatérielles précédemment identifiées affectant le résultat d'exploitation qui ont été comptabilisées pour des périodes irrégulières et (iii) les frais imputables à la correction d'erreurs dans nos états financiers et à notre effort de retraitement. Suite à ces ajustements, le bénéfice d'exploitation avant impôts a diminué de 24 millions USD.    











Weatherford International Ltd.

Informations saillantes tirées des comptes de résultat

(non vérifié)

(en millions)





Trimestre clos le



30/9/2012


30/6/2012


31/3/2012


31/12/2011


30/9/2011





(Retraité)


(Retraité)




(Retraité)

Produits nets :











Amérique du Nord

 1 725 $


1 663 $


 1 754 $


 1 699 $


 1 619 $


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie 

699


649


595


675


573


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

626


653


571


609


586


Amérique Latine

768


782


671


727


592



 3 818 $


 3 747 $


 3 591 $


 3 710 $


 3 370 $















Trimestre clos le



30/9/2012


30/6/2012


31/3/2012


31/12/2011


30/9/2011





(Retraité)


(Retraité)


(Retraité)


(Retraité)

Bénéfice d'exploitation (charges) :











Amérique du Nord

  297 $


   232 $


  358 $


  381 $


  352 $


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

33


(32)


23


35


17


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

94


111


66


80


81


Amérique Latine

97


91


83


114


70


Recherche et développement

(68)


(65)


(62)


(64)


(59)


Dépenses du siège

(37)


(42)


(49)


(45)


(32)


Réserves libyennes

-


-


-


(67)


-


Fonds commercial et placement en actions

-


(793)


-


-


-


Réserve pour perte, pays sanctionnés

-


(100)


-


-


-


Autres éléments

(73)


(6)


(47)


(38)


(18)



  343 $


 (604) $


  372 $


  396 $


  411 $















Trimestre clos le



30/9/2012


30/6/2012


31/3/2012


31/12/2011


30/9/2011





(Retraité)


(Retraité)




(Retraité)

Produits d'exploitation par segment d'activité :











Évaluation de la formation et construction de puits(1)

 2 128 $


 2 058 $


 2 034 $


 2 074 $


 1 880 $


Complétion et production(2)

1 690


1 689


1 557


1 636


1 490



 3 818 $


 3 747 $


 3 591 $


 3 710 $


 3 370 $















Trimestre clos le



30/9/2012


30/6/2012


31/3/2012


31/12/2011


30/9/2011





(Retraité)


(Retraité)





Dépréciation et amortissement :











Amérique du Nord

  108 $


  101 $


   95 $


   91 $


   91 $


Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie

90


85


83


82


81


Europe/Afrique sub-saharienne/Russie

63


60


61


59


59


Amérique Latine

61


59


55


52


51


Recherche et développement

3


2


2


2


2


Siège

4


4


3


3


2



  329 $


  311 $


  299 $


  289 $


  286 $
































(1)    L'Évaluation de la formation et la Construction de puits incluent les Services de forage, la Construction de puits, le Forage intégré, le Travail au câble, les Services d'évaluation, les Outils de forage, et la Rentrée et Repêchage





(2)    Les Services de Complétion et Production incluent les Systèmes d'injection artificielle, la Stimulation et Produits chimiques, les Services de Complétion et Pipeline et les Services spécialisés




Nous présentons nos résultats financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR). Toutefois, la direction de Weatherford considère que certaines mesures financières et ratios non conformes aux PCGR (tels que définis par la règlementation G de la SEC) sont susceptibles de fournir aux utilisateurs de ces informations financières des éléments complémentaires de comparaison utiles entre les résultats actuels et les résultats des périodes précédentes. Parmi les mesures non-PCGR que nous sommes susceptibles de présenter périodiquement figurent : 1) le bénéfice d'exploitation ou le bénéfice tiré des activités poursuivies, diminué de certaines charges ou montants, 2) les provisions pour impôts sur le revenu à l'exclusion des éléments distincts et 3) le bénéfice net et montants par action résultant de mesures non-PCGR. Ces montants ajustés ne sont pas une mesure de la performance financière conforme aux PCGR. Par conséquent, ces montants ne doivent pas être considérés comme se substituant au bénéfice d'exploitation, aux provisions pour impôt sur le revenu, au bénéfice net ou à d'autres données préparées et comptabilisées conformément aux PCGR. Veuillez consulter le tableau ci-dessous pour des données financières supplémentaires et les rapprochements correspondants aux mesures financières PCGR pour les trimestres clos le 30 septembre 2012, le 30 juin 2012 et le 30 septembre 2011, et pour les neuf mois clos le 30 septembre 2012 et le 30 septembre 2011. Les mesures non-PCGR doivent être considérées comme des mesures complémentaires et non pas comme des mesures alternatives aux résultats publiés de la société préparés conformément aux PCGR.







Weatherford International Ltd.

Rapprochement des mesures financières PCGR et non-PCGR

(non vérifié)

(en millions)






Trimestre clos le



Neuf mois clos le




9/30


6/30


9/30



9/30


9/30




2012 (a)


2012 (b)


2011 (c)



2012 (d)


2011 (e)






(Retraité)


(Retraité)



(Retraité)


(Retraité)

Bénéfice d'exploitation (Perte) :












Bénéfice d'exploitation PCGR (Perte)

 343 $


(604) $


 411 $



 111 $


 918 $



Gains sur la vente d'activités

-


(28)


-



(28)


-



Fonds commercial et placement en actions 

-


793


-



793


-



Réserve pour perte, pays sanctionnés

-


100


-



100


-



Compensation fiscale et retraitement des charges

27


11


9



52


9



Stock au moindre coût ou ajustement du marché

29


-


-



29


-



Frais de sollicitation de la dette

11


-


-



11


-



Indemnités de départ, sortie et autres ajustements

6


23


9



62


49


Bénéfice d'exploitation non-PCGR

 416 $


 295 $


 429 $



1 130 $


 976 $



























Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices :












Bénéfice (perte) PCGR avant impôts sur les bénéfices

 191 $


 (753) $


 270 $



(319) $


 509 $



Gains sur la vente d'activités

-


(28)


-



(28)


-



Fonds commercial et placement en actions 

-


793


-



793


-



Réserve pour perte, pays sanctionnés

-


100


-



100


-



Compensation fiscale et retraitement des charges

27


11


9



52


9



Stock au moindre coût ou ajustement du marché

29


-


-



29


-



Frais de sollicitation de la dette

11


-


-



11


-



Indemnités de départ, sortie et autres ajustements

6


23


9



60


49


Bénéfice (perte) non-PCGR avant impôts sur les bénéfices

 264 $


 146 $


 288 $



 698 $


 567 $




































Remarque (a) : les ajustements non-PCGR comprennent (i) une charge de 27 millions USD pour la compensation fiscale et le retraitement, (ii) une charge de 11 millions USD pour les dépenses associées à notre sollicitation de consentement de dette Q3, (iii) 29 millions USD de moindre coût ou ajustement du marché à la valeur comptable de notre stock et (iv) 6 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.



















Remarque (b) : les ajustements non-PCGR comprennent (i) un gain exclu de 28 millions USD concernant la vente de l'activité de commandes sous-marines, (ii) 793 millions USD relatifs à la dégradation du fonds commercial et des placements en actions, (iii) 100 millions USD de perte estimée comptabilisée associée aux ventes dans des pays sanctionnés, (iv) 11 millions USD de régularisation comptable et (v) 23 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.



















Remarque (c) : les ajustements non-PCGR comprennent (i) 9 millions USD de régularisation comptable et (ii) 9 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.



















Remarque (d) : les ajustements non-PCGR comprennent (i) un gain exclu de 28 millions USD concernant la vente de l'activité de commandes sous-marines, (ii) 793 millions USD relatifs à la dégradation du fonds commercial et des placements en actions, (iii) 100 millions USD de perte estimée comptabilisée associée aux ventes dans des pays sanctionnés, (iv) 52 millions USD de régularisation comptable, (v) 29 millions USD de moindre coût ou ajustement du marché à la valeur comptable de notre stock, (vi) une charge de 11 millions USD pour les dépenses associées à notre sollicitation de consentement de dette Q3 et (vii) 62 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.



















Remarque (e) : les ajustements non-PCGR comprennent (i) une charge de 9 millions USD pour la régularisation comptable et (ii) 49 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.














































Weatherford International Ltd.

Synthèse du bilan

(non vérifié)

(en millions)



















30/9/2012


30/6/2012


31/3/2012


31/12/2011


30/9/2011







(Retraité)


(Retraité)


(Retraité)


(Retraité)















Actifs :












Liquidités et quasi liquidités

  366 $


  381 $


  339 $


  371 $


  274 $



Comptes débiteurs nets

3 911


3 608


3 358


3 234


3 178



Stocks

3 694


3 407


3 301


3 158


3 073



immobilisations corporelles, net

8 131


7 742


7 591


7 287


7 145



Fonds commercial et actifs incorporels, net

4 652


4 580


5 151


5 133


5 133



Placements en actions

642


629


634


616


600




























Passifs :












Comptes créditeurs

2 021 $


1 634 $


1 684 $


1 571 $


1 569 $



Emprunt à court terme et tranche à moins d'un an













De la dette à long terme

1 606


1 263


1 902


1 320


1 350



Dette à long terme

7 300


7 311


5 989


6 286


6 266



















Weatherford International Ltd.

Endettement net

(non vérifié)

(en millions)



Évolution de l'endettement net pour le trimestre clos le 30/9/2012 :







Endettement net au 30/6/2012

(8 193) $







Bénéfice d'exploitation

343







Dépréciation et amortissement

329







Autres éléments

73







Dépenses en immobilisations

(572)







Augmentation du fonds de roulement

(203)







Impôts sur les bénéfices payés

(25)







Intérêts payés

(177)







Acquisitions et cessions d'actifs et d'activités, net

7







Règlements de contrat sur les devises

24







Autres

(146)






Endettement net au 30/9/12

(8 540) $













Évolution de l'endettement net pour les neuf mois clos le 30/9/2012 :







Endettement net au 31/12/2011

(7 235) $







Bénéfice d'exploitation

111







Dépréciation et amortissement

939







Fonds commercial et placement en actions

793







Réserve pour perte, pays sanctionnés

100







Autres éléments

126







Dépenses en immobilisations

(1 670)







Augmentation du fonds de roulement

(763)







Impôts sur les bénéfices payés

(269)







Intérêts payés

(401)







Acquisitions et cessions d'actifs et d'activités, net

(147)







Règlements de contrat sur les devises

8







Autres

(132)






Endettement net au 30/9/12

(8 540) $






































Composants de l'endettement net

30/9/2012


30/6/2012


31/12/2011



Encaisse

366 $


381 $


371 $



Emprunt à court terme et tranche à moins d'un an de la dette à long terme

(1 606)


(1 263)


(1 320)



Dette à long terme

(7 300)


(7 311)


(6 286)



Endettement net

(8 540) $


(8 193) $


(7 235) $































L' « endettement net » est constitué de l'endettement diminué de l'encaisse. La direction considère que l'endettement net est un élément d'information utile sur le niveau d'endettement de Weatherford qui indique l'encaisse dont la société pourrait se servir pour rembourser la dette.





Le fonds de roulement est défini comme la somme des comptes débiteurs et des stocks diminuée des comptes créditeurs.












Weatherford International Ltd.


Synthèse des flux de trésorerie


(non vérifié)


(en millions)














Trimestre


Neuf mois






clos le


clos le






30/9/2012


30/9/2012










FLUX DE TRÉSORERIE DES ACTIVITÉS D'EXPLOITATION :








Flux de trésorerie nets des activités poursuivies


231 $


513 $


















FLUX DE TRÉSORERIE DES ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT :







Dépenses en immobilisations corporelles


(572)


(1 670)



Acquisition d'activités, diminuée de la trésorerie acquise


-


(156)



Acquisition d'actifs incorporels


(10)


(16)



Acquisition de joint-ventures


-


(8)



Produits nets des ventes d'actifs et d'activités


17


33




Trésorerie nette utilisée pour les activités d'investissement


(565)


(1 817)


















FLUX DE TRÉSORERIE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT:







Emprunts de dettes à long terme


-


1 302



Remboursements de dettes à long terme


(11)


(302)



Emprunts (remboursements) de dettes à court terme, net


343


257



Produits de l'exercice d'obligations


-


65



Autres activités de financement, net


(17)


(24)




Trésorerie nette fournie par les activités de financement


315


1 298


















Effet du taux de change sur les liquidités et les quasi-liquidités


4


1










AUGMENTATION NETTE DES LIQUIDITÉS ET DES QUASI-LIQUIDITÉS


(15)


(5)


LIQUIDITÉS ET QUASI-LIQUIDITÉS EN DÉBUT DE PÉRIODE


381


371


LIQUIDITÉS ET DES QUASI-LIQUIDITÉS EN FIN DE PÉRIODE


366 $


366 $


































INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES


REQUISES PAR LA SIX SWISS EXCHANGE




     Les informations supplémentaires suivantes à notre communiqué de presse sont fournies en vertu des exigences de déclaration de la SIX Swiss Exchange SIX »). La SIX nous a demandé de fournir les informations suivantes pour se conformer à une obligation de déclaration semestrielle en raison du report de notre formulaire 10-Q pour les trimestres clos le 30 juin et le 30 septembre 2012. Tous les montants présentés sont en date du et pour le trimestre et les neuf mois clos le 30 septembre 2012. Veuillez noter que les renseignements fournis ci-dessous peuvent être révisés lors de la finalisation et du dépôt de notre formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 30 septembre 2012.  












WEATHERFORD INTERNATIONAL LTD. ET FILIALES
COMPTES DE RÉSULTATS CONSOLIDÉS CONDENSÉS
(NON VÉRIFIÉ)
(en millions)



Trimestre

clos le 30 septembre


Neuf mois

clos le 30 septembre




2012


2011


2012


2011






(Retraité)




(Retraité)


Produit d'exploitation :










     Produits


1 534 $


1 252 $


4 456 $


3 468 $


     Services


2 284


2 118


6 700


5 810




3 818


3 370


11 156


9 278












Frais et charges :










    Coût des produits


1 206


952


3 405


2,618


    Coût des services


1 743


1 527


5 193


4 260


Recherche et développement


68


59


195


181


Frais de vente, généraux et administratifs
Attribuables aux secteurs



381



378



1 161



1 146


    Siège, général et administratif


77


43


226


155


    Fonds commercial et valeur sur participations




793



   Règlements estimés – pays sanctionnés


 


 



100


 


    Gains sur la vente d'activités




(28)





3 475


2 959


11 045


8 360












Bénéfice d'exploitation


343


411


111


918












Autres charges :










    Intérêts débiteurs, Net


(127)


(115)


(360)


(342)


    Autres, Net


(25)


(26)


(70)


(67)












Bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices


191


270


(319)


509












Moyenne pondérée du nombre d'actions en circulation :










     De base


767


754


764


751


     Diluées


771


760


764


758









WEATHERFORD INTERNATIONAL LTD. ET FILIALES
COMPTES DE RÉSULTATS CONSOLIDÉS CONDENSÉS DU RÉSULTAT ÉTENDU
(NON VÉRIFIÉ)
(en millions)



Trimestre

clos le 30 septembre


Neuf mois

clos le 30 septembre




2012


2011


2012


2011






(Retraité)




(Retraité)


Autres éléments du résultat global (Perte)










Écart de conversion


(221) $


(287) $


84 $


(91) $


Dérivés désignés comme couvertures de flux de trésorerie



(14)



(14)


Amortissement des composants de retraite


1


1


2


2


Autres éléments du résultat global (Perte)


(220) $


(300) $


86 $


(103) $








Fonds commercial


Nous effectuons un test de dépréciation du fonds commercial et des actifs incorporels à durée de vie indéfinie chaque année au 1er octobre, ou plus fréquemment si des indicateurs de dépréciation potentielle existent. Notre test de dépréciation du fonds commercial consiste en une comparaison de la juste valeur de chacune de nos unités d'exploitation à sa valeur comptable. Nos unités d'exploitation sont basées sur notre structure régionale et se composent des États-Unis, du Canada, de l'Amérique Latine, de l'Europe, de l'Afrique sub-saharienne (« SSA »), la Russie, le Moyen-Orient/l'Afrique du Nord (« MENA ») et l'Asie-Pacifique (« AP »). Au cours de l'année 2011, le prix du marché de nos actions nominatives a enregistré une baisse significative, mais nous avons conclu que cette baisse ne constitue pas un indicateur de perte de valeur potentielle dans la mesure où aucun changement significatif n'est survenu dans les flux de trésorerie futurs estimés de nos unités d'exploitation. À terme, notre test de dépréciation effectué au 1er octobre 2011 indique que notre fonds commercial n'a pas été altéré.



Aucune de nos unités d'exploitation n'a échoué à la première étape de notre test de dépréciation en 2011, leurs justes valeurs étant supérieures à leur valeur comptable. Au 1er octobre 2011, les justes valeurs de nos unités d'exploitation du Moyen-Orient/d'Afrique du Nord, de Russie, d'Afrique subsaharienne et d'Amérique Latine étaient proches de leur valeur comptable, et au-delà de leur valeur comptable de 15% à 23%.



Au cours du trimestre clos le 30 juin 2012, nous avons noté une baisse soutenue des prix du marché de nos actions nominatives. En réponse, nous avons examiné les circonstances associées pour déterminer si un événement ou un changement s'est produit ayant probablement réduit la juste valeur de l'une de nos unités d'exploitation en dessous de sa valeur comptable. Après avoir étudié les circonstances pertinentes, nous n'avons pas pu conclure que la baisse de notre capitalisation boursière était autre qu'un indicateur potentiel de dépréciation et nous avons préparé les analyses nécessaires pour identifier toute dépréciation potentielle en comparant les rapports des valeurs unitaires justes et la valeur comptable. Cette analyse, aussi connue comme la première étape, a indiqué que nos unités d'exploitation du Moyen-Orient/d'Afrique du Nord et d'Afrique sub-saharienne ont été potentiellement compromises. Par conséquent, nous avons effectué la deuxième étape de notre test de dépréciation du fonds commercial, destiné à mesurer la quantité de perte de valeur, en comparant la juste valeur implicite de l'écart d'acquisition des unités d'exploitation à la valeur comptable. La deuxième étape a indiqué que la valeur comptable de l'écart d'acquisition des unités d'exploitation excédait la juste valeur implicite de cet écart d'acquisition. Conformément aux orientations, nous avons constaté une perte de valeur d'un montant égal à l'excédent de la valeur comptable sur la juste valeur. La perte de valeur, comptabilisée en Vente, général et administratif attribuable aux secteurs dans le compte de résultats consolidés condensés des résultats de comptes, a totalisé 589 millions USD dont 512 millions USD sont attribuables à la région Moyen-Orient/Afrique du Nord et 77 millions USD à l'Afrique sub-saharienne.












Les variations de la valeur comptable des écarts d'acquisition par secteur pour les neuf mois clos le 30 septembre 2012 sont les suivants :


Amérique du Nord


Moyen-Orient/Afrique du Nord/ Asie-Pacifique


Europe/ Afrique sub-saharienne/ Russie


Amérique Latine


Total


(en millions)











Au 31 décembre 2011

2 271 $


743 $


1 020 $


388 $


4 422 $

Acquisitions

40



32



72

Cessions

(2)


(7)


(65)



(74)

Perte de valeur


(512)


(77)



(589)

Prix d'achat et autres ajustements

(18)




(21)


(39)

Conversion des devises étrangères

40


3


17


(8)


52

Au 30 septembre 2012

2 331 $


227 $


927 $


359 $


3 844 $

Instruments financiers et dérivés


   Instruments financiers évalués et comptabilisés à la juste valeur


    Nous estimons la juste valeur à un prix qui serait reçu pour la vente d'un actif ou payé pour transférer un passif dans une transaction ordonnée entre des intervenants du marché sur le marché principal pour l'actif ou le passif. Nos techniques d'évaluation nécessitent des apports que nous classons selon une hiérarchie à trois niveaux, du plus haut au plus bas niveau d'entrées observables. L'entrée de niveau 1 correspond aux prix non ajustés cotés sur des marchés actifs pour des actifs ou des passifs identiques. L'entrée de niveau 2 correspond aux prix cotés ou autres données de marché pour des actifs et des passifs similaires sur des marchés actifs, ou les données qui sont observables ou corroborées sur le marché pour l'actif ou le passif, soit directement, soit indirectement, pour quasiment toute la durée de l'instrument financier. L'entrée de niveau 3 correspond aux données non observables sur la base de notre propre jugement et les hypothèses utilisées pour évaluer les actifs et passifs à la juste valeur. La classification d'un actif financier ou d'un passif dans la hiérarchie est déterminée en fonction du niveau d'entrée le plus bas qui est significatif pour l'évaluation de la juste valeur. Nous n'avons eu aucun actif ou passif évalué et comptabilisé à la juste valeur sur une base récurrente au 30 septembre 2012 et au 31 décembre 2011 autre que ceux présentés ci-dessous au titre des instruments dérivés.


   Juste valeur des autres instruments financiers


Nos autres instruments financiers comprennent les emprunts à court terme et la dette à long terme. La valeur comptable de notre papier commercial et de nos autres emprunts à court terme se rapproche de leur juste valeur en raison de la durée à court terme des périodes de taux d'intérêt afférents. Ces emprunts à court terme sont classés au niveau 2 de la hiérarchie de la juste valeur.


La juste valeur de notre dette à long terme fluctue en fonction des taux d'intérêt en vigueur. La juste valeur est supérieure à la valeur comptable lorsque le taux d'intérêt courant du marché est inférieur au taux d'intérêt auquel la dette a été initialement émise. La juste valeur de notre dette à long terme est une mesure de sa valeur actuelle aux conditions actuelles du marché et est établie sur la base des données observables dans les marchés non actifs. Notre dette à long terme est classée au niveau 2 de la hiérarchie de la juste valeur.


   La juste valeur et la valeur comptable de notre dette à long terme et la tranche de la dette à long terme se présentent comme suit :









30 septembre 2012


31 décembre 2011


(en millions)



    Juste valeur

8 342 $


7 270 $

    Valeur comptable

7 639


6 595






     Instruments dérivés


   Nous sommes exposés au risque de marché découlant de la fluctuation des devises étrangères et des taux d'intérêt. Il est possible que nous entrions dans des transactions d'instruments financiers dérivés pour gérer et réduire notre risque de marché. Nous gérons notre portefeuille de la dette pour atteindre une position globale souhaitée de taux fixes et variables et l'on peut employer des swaps de taux d'intérêt comme outil pour y parvenir. Les principaux risques de dérivés de taux d'intérêt comprennent les changements dans les taux d'intérêt affectant la juste valeur de ces instruments, l'augmentation potentielle de la charge d'intérêt en raison de la hausse des marchés des taux d'intérêt flottants et de la solvabilité des contreparties dans ces opérations. À la lumière des événements survenus sur les marchés mondiaux du crédit et l'impact potentiel de ces événements sur la liquidité du secteur bancaire, nous continuons à surveiller la solvabilité de nos contreparties, qui sont des banques commerciales multinationales.


    Les justes valeurs de tous nos instruments dérivés en circulation sont déterminées par l'utilisation d'un modèle avec des entrées de niveau 2, y compris les cours du marché pour les contrats assortis de conditions et d'échéances similaires.


    Couvertures de juste valeur


Nous pouvons utiliser des swaps de taux d'intérêt pour aider à atténuer les risques liés aux variations de la juste valeur de la dette connexe. Les montants payés ou reçus à la résiliation des swaps de taux d'intérêt comptabilisés comme des couvertures de juste valeur représentent la juste valeur des contrats au moment de la cessation d'emploi et sont comptabilisés comme un ajustement de la valeur comptable de la dette connexe. Ces montants sont amortis en tant que réduction, dans le cas de gains, ou en tant qu'augmentation, dans le cas de pertes, des frais d'intérêt sur la durée restante de la dette.


 En juillet 2011, nous avons conclu des accords de swap de taux d'intérêt dans le but de payer un taux d'intérêt variable et de recevoir un taux d'intérêt fixe d'un montant nominal global de 300 millions USD. Ces swaps ont été désignés comme couvertures de juste valeur de nos billets de premier rang à 6,35%. En juin 2012, ces swaps ont été résiliés. À la suite de ces départs, nous avons reçu un règlement en espèces de 18 millions USD. Le gain afférent à la résiliation de ces swaps de taux d'intérêt a été reporté et est amorti sur la durée résiduelle de nos billets de premier rang à 6,35%.

Au 30 septembre 2012, nos gains nets non amortis s'élevaient à 56 millions USD associés aux résiliations de swaps de taux d'intérêt.


   Couvertures de flux de trésorerie


En 2008, nous avons conclu des produits dérivés de taux d'intérêt pour couvrir les expositions aux risques de taux d'intérêt en prévision d'une émission obligataire. Ces couvertures ont été résiliées au moment de l'émission de la dette, et la perte sur ces couvertures est amortie à partir du cumul des autres éléments du résultat global (perte) sur les intérêts débiteurs pour la durée restante de la dette. Au 30 septembre 2012, nos pertes nettes non amorties se sont élevées à 12 millions USD associées aux résiliations des couvertures de flux de trésorerie.


   Autres produits dérivés

Au 30 septembre 2012, nous avions des contrats de change à terme d'un montant nominal d'agrégation de 951 millions USD. Ces contrats ont été conclus pour couvrir l'exposition aux fluctuations de diverses devises. La juste valeur estimative totale de ces contrats et montants à recevoir ou dus afférents aux contrats fermés entraîne un passif net d'environ 3 millions USD. Ces produits dérivés n'ont pas été désignés comme couvertures et les variations de juste valeur des contrats sont enregistrées pour chaque période dans Autres, net dans les comptes de résultats consolidés condensés présents.



Nous avons des swaps de devises entre le dollar américain et le dollar canadien pour couvrir certaines expositions au dollar canadien. Au 30 septembre 2012, nous avons des encours notionnels de 168 millions USD. La juste valeur estimative totale de ces contrats au 30 septembre 2012 entraîne un passif de 36 millions USD. Ces produits dérivés n'ont pas été désignés comme couvertures et les variations de juste valeur des contrats sont enregistrées pour chaque période dans Autres, net dans les comptes de résultats consolidés condensés présents.



Les justes valeurs des produits dérivés en cours se résument comme suit :







30 septembre  2012


31 décembre 2011


Classifications


(en millions)







Actifs dérivés désignés comme couvertures :






Swaps de taux d'intérêt

—  $


13 $


Autres actifs

Actifs dérivés non désignés comme couvertures :
     Contrats à terme de devises étrangères

8


20


Autres actifs circulants

Passifs dérivés non désignés comme couvertures :
     Contrats à terme de devises étrangères

11


8


Autres passifs circulants

    Serrures de taux d'intérêts


9


Autres passifs circulants

Contrats de swaps de devises

36


27


Autres passifs







Information sectorielle



L'information financière sectorielle est résumée ci-dessous. Les revenus sont imputables aux pays en fonction de la destination finale de la vente de produits ou de la prestation des services. 



Trimestre clos le 30 septembre 2012



Produits d'exploitation net


Bénéfice d'exploitation


Dépréciation et Amortissement



(en millions)








Amérique du Nord


1 725 $


297 $


108 $

Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie Pacifique


699


33


90

Europe/Afrique sub-saharienne/Russie


626


94


63

Amérique Latine


768


97


61



3 818


521


322

Siège et Recherche et Développement



(105)


7

Autres (a)



(73)


Total


3 818 $


343 $


329 $










Trimestre clos le 30 septembre 2011



Produits d'exploitation net


Bénéfice d'exploitation


Dépréciation et Amortissement



(en millions)








Amérique du Nord


1 619 $


352 $


91 $

Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie Pacifique


573


17


81

Europe/Afrique sub-saharienne/Russie


586


81


59

Amérique Latine


592


70


51



3 370


520


282

Siège et Recherche et Développement



(91)


4

Autres (b)



(18)


Total


3 370 $


411 $


286 $









(a) 

Le trimestre clos le 30 septembre 2012 comprend une charge de 27 millions USD de régularisation fiscale, des charges de 11 millions USD associées à la sollicitation de consentement de la dette pour le troisième trimestre 2012, 29 millions USD de moindre coût ou ajustement du marché à la valeur comptable de notre stock et 6 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.



(b)

Le trimestre clos le 30 septembre 2011 comprend 9 millions USD de régularisation fiscale et 9 millions USD pour les indemnités de départ, de sortie et autres frais.














Neuf mois clos le 30 septembre 2012



Produits d'exploitation net


Bénéfice d'exploitation


Dépréciation et Amortissement



(en millions)








Amérique du Nord


5 142 $


887 $


304 $

Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie Pacifique


1 943


24


258

Europe/Afrique de l'Ouest/Russie


1 850


271


184

Amérique Latine


2 221


271


175



11 156


1 453


921

Siège et Recherche et Développement



(323)


18

Fonds commercial et Placement en actions



(793)


Autres (a)



(226)


Total


11 156 $


111 $


939 $













Neuf mois clos le 30 septembre 2011



Produits d'exploitation net


Bénéfice d'exploitation


Dépréciation et Amortissement



(en millions)





(Retraité)



Amérique du Nord


4 323 $


878 $


267 $

Moyen-Orient/Afrique du Nord/Asie Pacifique


1 766


62


246

Europe/Afrique de l'Ouest/Russie


1 689


207


173

Amérique Latine


1 500


140


146



9 278


1 287


832

Siège et Recherche et Développement



(311)


14

Autres (b)



(58)


Total


9 278 $


918 $


846 $



(a)

les neuf mois clos le 30 septembre 2012 comprennent un gain exclu de 28 millions USD concernant la vente de l'activité de commandes sous-marines, 100 millions USD de perte estimée comptabilisée associée aux ventes dans des pays sanctionnés, 52 millions USD de régularisation comptable, 29 millions USD de moindre coût ou ajustement du marché à la valeur comptable de notre stock, 11 millions USD associées à la sollicitation de consentement de la dette pour le troisième trimestre 2012 et 62 millions USD d'indemnités de départ, de sortie et autres frais.


(b) 

Les neuf mois clos le 30 septembre 2011 comprennent 9 millions USD de régularisation fiscale et 49 millions USD pour les indemnités de départ, de sortie et autres frais








  Litiges, contentieux et arbitrage


 Gouvernement américain et enquêtes internes


 Nous sommes actuellement impliqués dans des enquêtes gouvernementales internes.


 Le département américain du Commerce, le Bureau of Industry & Security, l'Office of Foreign Assets Control OFAC »), le DOJ et la SEC ont entrepris des enquêtes sur les allégations d'irrégularités dans les ventes de produits et services par la société et ses filiales dans certains pays sanctionnés. Nous avons pleinement coopéré avec l'enquête et avons engagé un avocat, qui relève de notre comité d'audit, pour enquêter sur ces questions.


 À la lumière de ces enquêtes, les États-Unis, l'environnement politique étrangère et les incertitudes inhérentes entourant ces pays, nous avons demandé en septembre 2007 à nos filiales étrangères de stopper toutes affaires dans les pays qui sont soumis à des sanctions économiques et commerciales aux États-Unis, en particulier Cuba, l'Iran et le Soudan, ainsi que la Syrie. À compter de septembre 2007, nous avons cessé de conclure de nouveaux contrats dans ces pays et entamé la liquidation de nos activités dans ces pays sanctionnés. Depuis le 31 mars 2008, notre retrait progressif de ces pays est effectif, conformément aux licences délivrées par l'OFAC, qui ont maintenant cessé. Certaines de nos filiales continuent opérer dans des pays comme le Myanmar qui sont soumis à des sanctions commerciales plus limitées aux États-Unis. En 2011, le pays du Sud-Soudan a vu le jour officiellement sans être soumis aux mêmes restrictions que le Soudan ; ainsi la société peut opérer au Sud-Soudan.


 Nous négocions avec les agences gouvernementales pour résoudre l'enquête sur les violations présumées des lois et réglementations sur les sanctions commerciales depuis plus d'un an, et ces négociations ont considérablement progressé. Au cours du trimestre clos le 30 juin 2012, les négociations ont progressé, nous permettant de constater un passif pour les pertes éventuelles que nous jugeons probables et pour lesquelles une estimation raisonnable peut être faite. La société estime que ces pertes s'élèvent probablement à 100 millions de dollars, bien que le montant réel pourrait être supérieur ou inférieur, et la date du paiement ne peut pas encore être déterminée. La société a donc comptabilisé des pertes éventuelles de 100 millions USD au cours des neuf mois clos le 30 septembre 2012 pour le règlement éventuel des questions relatives aux pays sanctionnés. Toutefois, des incertitudes demeurent et un risque de perte peut exister au-delà du montant cumulé en attendant l'issue ultime de l'enquête. Nous ne parvenons pas à un accord avec le gouvernement et pouvons aller devant les tribunaux. Dans le cadre d'une résolution possible avec le gouvernement, le ministère de la Justice peut chercher à imposer des modifications aux pratiques commerciales, ce qui affaiblirait notre entreprise, et des modifications aux programmes de conformité de la société, ce qui pourrait accroître les coûts de mise en conformité.


 Jusqu'en 2003, nous avons participé au programme Pétrole contre nourriture (oil-for-food) des Nations Unies régissant la vente de biens et des services en Irak. Le département américain de la Justice (« DOJ ») et la SEC ont ouvert des enquêtes sur notre participation au programme Pétrole contre nourriture et ont assigné certains documents dans le cadre de ces enquêtes. Nous avons coopéré pleinement à ces enquêtes. Nous avons engagé un avocat, qui relève de notre comité d'audit, pour enquêter sur cette affaire. Nous sommes en négociations avec les agences gouvernementales pour résoudre ces questions, mais nous ne pouvons pas encore prévoir le calendrier, les résultats ou l'impact possible de l'issue ultime de ces enquêtes, financier ou autre.


 Le DOJ et la SEC enquêtent également sur notre conformité avec le Foreign Corrupt Practices Act (« FCPA ») et d'autres lois du monde entier. Nous avons engagé un avocat, qui relève de notre comité d'audit pour enquêter sur ces questions et nous coopérons pleinement avec le DOJ et la SEC. Dans le cadre de nos enquêtes internes, nous avons découvert des violations potentielles du droit américain dans le cadre des activités dans plusieurs juridictions. Nous sommes en négociations avec les agences gouvernementales pour résoudre ces questions depuis plus d'un an, mais nous ne pouvons pas encore prévoir le calendrier, les résultats ou l'impact possible de l'issue ultime de ces enquêtes, financier ou autre.


 Le ministère de la Justice, la SEC et autres organismes et autorités ont un large éventail de sanctions civiles et pénales qu'ils pourraient chercher à imposer contre des sociétés et des particuliers pour violation des lois et réglementations sur les sanctions commerciales, le FCPA et autres lois fédérales, y compris, mais sans s'y limiter, une injonction, un redressement, des amendes, des pénalités et des modifications aux pratiques commerciales et programmes de conformité. Ces dernières années, ces agences et autorités ont conclu un certain nombre d'accords et ont obtenu une série de sanctions contre plusieurs sociétés et individus dans des enquêtes similaires, dans lesquelles des sanctions civiles et pénales ont été imposées, y compris, dans certains cas, des amendes et autres pénalités et des sanctions s'élevant à des dizaines et centaines de millions de dollars. Toute injonction, tout redressement, toutes amendes, pénalités, sanctions ou modifications imposées aux pratiques commerciales résultant de ces enquêtes pourraient nuire à nos résultats d'exploitation et le coût de nos enquêtes ont été considérables.


 Dans la mesure où nous avons violé les sanctions commerciales, les lois de la FCPA, ou d'autres lois ou règlements, des amendes et autres pénalités peuvent être imposées. Parce que ces questions sont actuellement en instance devant les agences indiquées, il existe une certaine incertitude concernant le montant final des pénalités dont nous devrons nous acquitter et, en ce qui concerne les affaires de la FCPA nous ne sommes actuellement pas en mesure d'estimer raisonnablement le montant final des pénalités à payer. Nous n'avons pas encore constaté de perte éventuelle relative à ces questions, car nous n'avons pas conclu à des pertes probables associées pour lesquelles une estimation raisonnable peut être faite. Toutefois, il ne peut y avoir aucune assurance que les amendes ou sanctions effectives, le cas échéant, n'auront pas un effet défavorable considérable sur ​​les activités, la situation financière, la liquidité ou les résultats d'exploitation de notre société.


 Au 30 septembre 2012, nous avons encouru des frais juridiques et professionnels de 125 millions USD dans le cadre du respect et de la conduite de ces enquêtes en cours. Et de 2007 à 2009, les frais liés à notre sortie des pays sanctionnés se sont élevés à 44 millions USD.


 En outre, la SEC et le DOJ enquêtent sur les circonstances entourant les lacunes considérables des contrôles internes comptables de la société en matière d'impôts sur les bénéfices soumis sur les formulaires 12b-25 et 8-K, respectivement le 1er mars 2011 et le 21 février 2012, et les retraitements liés à nos états financiers historiques. Nous coopérons pleinement avec l'enquête du gouvernement.


 Litiges avec les actionnaires


 En 2010, les actionnaires ont déposé une plainte au nom de Weatherford contre les administrateurs en place avant juin 2010, certains membres actuels et anciens de la direction concernant le gouvernement américain et les enquêtes internes décrites ci-dessus et dans nos documents déposés auprès de la SEC depuis 2007. Par ailleurs, en 2011 et 2012, les actionnaires ont déposé une plainte relative aux lacunes considérables des contrôles internes comptables de la société en matière d'impôts sur les bénéfices qui ont été soumis sur les formulaires 12b-25 et 8-K déposés respectivement le 1er mars 2011 et le 21 février 2012, et le retraitement lié aux états financiers historiques. Ces plaintes visent la société ainsi que les membres anciens et actuels de la direction et nos directeurs. Nous ne pouvons pas prédire l'issue finale de ces revendications.



 Autres différends


 En outre, nous sommes conscients des différents litiges et réclamations éventuelles et sommes parties prenantes à divers litiges impliquant des réclamations contre nous, dont certains sont couverts par une assurance. Pour les réclamations, litiges et contentieux en cours dont l'issue sera négative, ainsi que nous le croyons, nous pouvons raisonnablement estimer la perte ou enregistrer un passif au titre de la perte attendue. Ces passifs sont sans importance pour notre situation financière et nos résultats d'exploitation. En outre, certaines réclamations, certains litiges et contentieux, pour lesquels notre responsabilité n'est que limitée, connaîtront une issue positive, ainsi que nous le croyons. Si un ou plusieurs résultats négatifs devaient se produire, l'impact sur notre situation financière pourrait s'élever à 20 millions USD.






More Stories By PR Newswire

Copyright © 2007 PR Newswire. All rights reserved. Republication or redistribution of PRNewswire content is expressly prohibited without the prior written consent of PRNewswire. PRNewswire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories

ARMONK, N.Y., Nov. 20, 2014 /PRNewswire/ --  IBM (NYSE: IBM) today announced that it is bringing a greater level of control, security and flexibility to cloud-based application development and delivery with a single-tenant version of Bluemix, IBM's platform-as-a-service. The new platform enables developers to build ap...

"BSQUARE is in the business of selling software solutions for smart connected devices. It's obvious that IoT has moved from being a technology to being a fundamental part of business, and in the last 18 months people have said let's figure out how to do it and let's put some focus on it, " explained Dave Wagstaff, VP & Chief Architect, at BSQUARE Corporation, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Nov 4-6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
The major cloud platforms defy a simple, side-by-side analysis. Each of the major IaaS public-cloud platforms offers their own unique strengths and functionality. Options for on-site private cloud are diverse as well, and must be designed and deployed while taking existing legacy architecture and infrastructure into account. Then the reality is that most enterprises are embarking on a hybrid cloud strategy and programs. In this Power Panel at 15th Cloud Expo (http://www.CloudComputingExpo.com), moderated by Ashar Baig, Research Director, Cloud, at Gigaom Research, Nate Gordon, Director of T...
The Internet of Things is not new. Historically, smart businesses have used its basic concept of leveraging data to drive better decision making and have capitalized on those insights to realize additional revenue opportunities. So, what has changed to make the Internet of Things one of the hottest topics in tech? In his session at @ThingsExpo, Chris Gray, Director, Embedded and Internet of Things, discussed the underlying factors that are driving the economics of intelligent systems. Discover how hardware commoditization, the ubiquitous nature of connectivity, and the emergence of Big Data a...
The BPM world is going through some evolution or changes where traditional business process management solutions really have nowhere to go in terms of development of the road map. In this demo at 15th Cloud Expo, Kyle Hansen, Director of Professional Services at AgilePoint, shows AgilePoint’s unique approach to dealing with this market circumstance by developing a rapid application composition or development framework.
SYS-CON Events announced today that Windstream, a leading provider of advanced network and cloud communications, has been named “Silver Sponsor” of SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9–11, 2015, at the Javits Center in New York, NY. Windstream (Nasdaq: WIN), a FORTUNE 500 and S&P 500 company, is a leading provider of advanced network communications, including cloud computing and managed services, to businesses nationwide. The company also offers broadband, phone and digital TV services to consumers primarily in rural areas.
“In the past year we've seen a lot of stabilization of WebRTC. You can now use it in production with a far greater degree of certainty. A lot of the real developments in the past year have been in things like the data channel, which will enable a whole new type of application," explained Peter Dunkley, Technical Director at Acision, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
SYS-CON Events announced today that IDenticard will exhibit at SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City, NY. IDenticard™ is the security division of Brady Corp (NYSE: BRC), a $1.5 billion manufacturer of identification products. We have small-company values with the strength and stability of a major corporation. IDenticard offers local sales, support and service to our customers across the United States and Canada. Our partner network encompasses some 300 of the world's leading systems integrators and security s...
DevOps Summit 2015 New York, co-located with the 16th International Cloud Expo - to be held June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City, NY - announces that it is now accepting Keynote Proposals. The widespread success of cloud computing is driving the DevOps revolution in enterprise IT. Now as never before, development teams must communicate and collaborate in a dynamic, 24/7/365 environment. There is no time to wait for long development cycles that produce software that is obsolete at launch. DevOps may be disruptive, but it is essential.
"People are a lot more knowledgeable about APIs now. There are two types of people who work with APIs - IT people who want to use APIs for something internal and the product managers who want to do something outside APIs for people to connect to them," explained Roberto Medrano, Executive Vice President at SOA Software, in this SYS-CON.tv interview at Cloud Expo, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
Nigeria has the largest economy in Africa, at more than US$500 billion, and ranks 23rd in the world. A recent re-evaluation of Nigeria's true economic size doubled the previous estimate, and brought it well ahead of South Africa, which is a member (unlike Nigeria) of the G20 club for political as well as economic reasons. Nigeria's economy can be said to be quite diverse from one point of view, but heavily dependent on oil and gas at the same time. Oil and natural gas account for about 15% of Nigera's overall economy, but traditionally represent more than 90% of the country's exports and as...
The Internet of Things is a misnomer. That implies that everything is on the Internet, and that simply should not be - especially for things that are blurring the line between medical devices that stimulate like a pacemaker and quantified self-sensors like a pedometer or pulse tracker. The mesh of things that we manage must be segmented into zones of trust for sensing data, transmitting data, receiving command and control administrative changes, and peer-to-peer mesh messaging. In his session at @ThingsExpo, Ryan Bagnulo, Solution Architect / Software Engineer at SOA Software, focused on desi...
"At our booth we are showing how to provide trust in the Internet of Things. Trust is where everything starts to become secure and trustworthy. Now with the scaling of the Internet of Things it becomes an interesting question – I've heard numbers from 200 billion devices next year up to a trillion in the next 10 to 15 years," explained Johannes Lintzen, Vice President of Sales at Utimaco, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
"For over 25 years we have been working with a lot of enterprise customers and we have seen how companies create applications. And now that we have moved to cloud computing, mobile, social and the Internet of Things, we see that the market needs a new way of creating applications," stated Jesse Shiah, CEO, President and Co-Founder of AgilePoint Inc., in this SYS-CON.tv interview at 15th Cloud Expo, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
SYS-CON Events announced today that Gridstore™, the leader in hyper-converged infrastructure purpose-built to optimize Microsoft workloads, will exhibit at SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City, NY. Gridstore™ is the leader in hyper-converged infrastructure purpose-built for Microsoft workloads and designed to accelerate applications in virtualized environments. Gridstore’s hyper-converged infrastructure is the industry’s first all flash version of HyperConverged Appliances that include both compute and storag...
Today’s enterprise is being driven by disruptive competitive and human capital requirements to provide enterprise application access through not only desktops, but also mobile devices. To retrofit existing programs across all these devices using traditional programming methods is very costly and time consuming – often prohibitively so. In his session at @ThingsExpo, Jesse Shiah, CEO, President, and Co-Founder of AgilePoint Inc., discussed how you can create applications that run on all mobile devices as well as laptops and desktops using a visual drag-and-drop application – and eForms-buildi...
We certainly live in interesting technological times. And no more interesting than the current competing IoT standards for connectivity. Various standards bodies, approaches, and ecosystems are vying for mindshare and positioning for a competitive edge. It is clear that when the dust settles, we will have new protocols, evolved protocols, that will change the way we interact with devices and infrastructure. We will also have evolved web protocols, like HTTP/2, that will be changing the very core of our infrastructures. At the same time, we have old approaches made new again like micro-services...
Code Halos - aka "digital fingerprints" - are the key organizing principle to understand a) how dumb things become smart and b) how to monetize this dynamic. In his session at @ThingsExpo, Robert Brown, AVP, Center for the Future of Work at Cognizant Technology Solutions, outlined research, analysis and recommendations from his recently published book on this phenomena on the way leading edge organizations like GE and Disney are unlocking the Internet of Things opportunity and what steps your organization should be taking to position itself for the next platform of digital competition.
The 3rd International Internet of @ThingsExpo, co-located with the 16th International Cloud Expo - to be held June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City, NY - announces that its Call for Papers is now open. The Internet of Things (IoT) is the biggest idea since the creation of the Worldwide Web more than 20 years ago.
As the Internet of Things unfolds, mobile and wearable devices are blurring the line between physical and digital, integrating ever more closely with our interests, our routines, our daily lives. Contextual computing and smart, sensor-equipped spaces bring the potential to walk through a world that recognizes us and responds accordingly. We become continuous transmitters and receivers of data. In his session at @ThingsExpo, Andrew Bolwell, Director of Innovation for HP's Printing and Personal Systems Group, discussed how key attributes of mobile technology – touch input, sensors, social, and ...