Welcome!

.NET Authors: Lori MacVittie, Yeshim Deniz, Ivan Antsipau, Liz McMillan, Michael Bushong

News Feed Item

Magna annonce ses résultats du troisième trimestre et du cumul annuel à ce jour

AURORA, Ontario, November 9, 2012 /PRNewswire/ --

Magna International Inc. (TSX : MG ; NYSE : MGA) a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers pour le troisième trimestre clos le 30 septembre 2012.

   
                             PÉRIODE DE TROIS MOIS CLOSE LE , PÉRIODE DE NEUF MOIS CLOSE LE
                                   30 SEPTEMBRE,              30 SEPTEMBRE,
                                    2012            2011        2012           2011
 
    Ventes                      7 411  $        6 970  $   22 804  $      21 497  $
     EBIT ajusté            [(1)] 352  $          286  $     1 271 $       1 046  $
    Revenus d'exploitation avant impôts sur les
    bénéfices                      500 $           164 $     1 409 $         926  $
    Revenu net attribuable à Magma
    International Inc.            390  $          102  $    1 082  $         706  $    
    Bénéfices dilués par action  1,66  $         0,42  $     4,60  $        2,89  $

    Tous les résultats sont exprimés en millions de dollars U.S., à l'exception des 
    bénéfices par action, qui sont exprimés en dollars U.S.
 
    (1) L'EBIT ajusté est la mesure du profit ou de la perte sectoriels, comme indiqué 
        dans les états financiers consolidés intérimaires non-audités de l'entreprise 
        ci-joints.
    L'EBIT ajusté représente les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices, 
    la charge d'intérêt (revenus) nette et les autres charges (revenus) nettes.


TRIMESTRE CLOS AU 30 SEPTEMBRE 2012

Nous avons enregistré un chiffre d'affaires de 7,4 milliards de dollars pour le troisième trimestre clos au 30 septembre 2012, soit une augmentation de 6 % par rapport au troisième trimestre 2011. Nous avons réalisé cette augmentation du chiffre d'affaires pendant une période où la production des véhicules a augmenté de 15 % en Amérique du Nord et chuté de 7 % en Europe occidentale par rapport au troisième trimestre 2011. Au troisième trimestre 2012, nos ventes de production, d'outillage, d'ingénierie et autres en Amérique du Nord et dans le reste du monde ont augmenté, tandis que nos ventes de production et d'assemblage de véhicules complets en Europe ont diminué, par rapport au même trimestre de 2011.

Notre chiffre d'affaires dans le secteur de l'assemblage de véhicules complets a diminué de 6 %, pour atteindre 620 millions de dollars pour le troisième trimestre 2012, contre 663 millions de dollars au troisième trimestre 2011, tandis que nos volumes d'assemblage de véhicules complets ont diminué de 9 %, pour atteindre environ 29 000 unités.

Au terme du troisième trimestre 2012, l'EBIT ajusté a augmenté de 23 %, pour atteindre 352 millions de dollars, contre 286 millions de dollars au troisième trimestre 2011.

Au terme du troisième trimestre 2012, les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices ont atteint 500 millions de dollars, les revenus nets attribuables à Magna International Inc., 390 millions de dollars et les bénéfices dilués par action 1,66 dollar. Cela représente des hausses respectives de 336 millions de dollars, de 288 millions de dollars et de 1,24 dollar par rapport au troisième trimestre 2011. Au cours du troisième trimestre 2012, nous avons enregistré d'autres revenus liés à un gain de réévaluation concernant l'achat de la participation majoritaire à hauteur de 27 % dans le cadre du partenariat Magna E-Car Systems (« E-Car »).  Cela a eu un effet positif à hauteur de 153 millions de dollars sur les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices, de 125 millions de dollars sur les revenus nets attribuables à Magna International Inc., et de 0,53 centimes de dollar sur les bénéfices dilués par action pour le troisième trimestre 2012. Lors du troisième trimestre 2011, nous avons comptabilisé d'autres charges afférentes à la suppression d'une activité d'exploitation de systèmes en interne et au coût de conclusion d'un accord relatif à la résolution de certains litiges. Ces éléments ont eu un impact négatif à hauteur de 124 millions de dollars sur les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices, ainsi que sur le revenu net attribuable à Magma International Inc., et de 0,52 centimes de dollar sur les bénéfices dilués par action pour le troisième trimestre 2011.

Au cours du troisième trimestre clos au 30 septembre 2012, nous avons généré des liquidités d'exploitation à hauteur de 503 millions de dollars avant changements des actifs et passifs d'exploitation hors caisse, et investi 63 millions de dollars dans des actifs et dans des passifs d'exploitation hors caisse. Les activités d'investissement totales au terme du troisième trimestre 2012 s'élevaient à la somme de 363 millions de dollars, dont 279 millions de dollars en additions d'actifs fixes, 28 millions de dollars en investissements et autres actifs et 56 millions de dollars en achat de filiales.

PÉRIODE DE NEUF MOIS CLOSE AU 30  SEPTEMBRE  2012

Nous avons enregistré un chiffre d'affaires de 22,8 milliards de dollars au terme de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, soit une hausse de 6 % par rapport à la période de neuf mois close au 30 septembre 2011. Cette hausse du chiffre d'affaires reflète les augmentations de nos ventes de produits en Amérique du Nord, en Europe et dans le reste du monde, ainsi que l'accroissement des ventes d'outillage, d'ingénierie et d'autres ventes, en partie contrebalancées par la baisse des ventes d'assemblage de véhicules complets.

Au cours de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, la production de véhicules a augmenté de 20 %, pour atteindre 11,6 millions d'unités en Amérique du Nord. Elle a diminué de 7 %, pour atteindre 9,6 millions d'unités, en Europe occidentale, comparativement aux neuf premiers mois de 2011.

Les ventes d'assemblage de véhicules complets ont diminué de 10 %, pour atteindre 1,9 milliard de dollars au terme de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, contre 2,1 milliards de dollars pour la période de neuf mois close au 30 septembre 2011, tandis que les volumes d'assemblage de véhicules complets ont diminué de 8 %, pour atteindre environ 92 000 unités.

Au cours de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, l'EBIT ajusté a augmenté de 22 %, pour atteindre 1,3 milliard de dollars, contre 1 milliard de dollars pour la période de neuf mois close au 30 septembre 2011.

Au terme de la période de neuf mois close le 30 septembre 2012, les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices atteignaient 1,4 milliard de dollars, les revenus nets attribuables à Magna International Inc. 1,1 milliard de dollars et les bénéfices dilués par action 4,60 dollars, ce qui représente des hausses respectives de 483 millions de dollars, de 376 millions de dollars et de 1,71 dollar par rapport aux neufs premiers mois de 2011. Au cours de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, nous avons enregistré d'autres revenus liés à un gain de réévaluation concernant l'achat de la participation majoritaire à hauteur de 27 % dans E-Car. Cela a eu un effet positif à hauteur de 153 millions de dollars sur les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices, de 125 millions de dollars sur les revenus nets attribuables à Magna International Inc., et de 0,53 centimes de dollar sur les bénéfices dilués par action pour la période de neuf mois close au 30 septembre 2012. Lors de la période de neuf mois close au 30 septembre 2011, nous avons comptabilisé d'autres charges afférentes à la suppression d'une activité d'exploitation de systèmes en interne, au coût de conclusion d'un accord relatif à la résolution de certains litiges et à la dépréciation de biens immobiliers, ainsi qu'un gain suite à la suppression d'une participation comptabilisée à la valeur de consolidation. Ces éléments ont eu un impact négatif à hauteur de 123 millions de dollars sur les revenus d'exploitation avant impôts sur les bénéfices et sur le revenu net attribuable à Magma International Inc., et de 0,50 centimes de dollar sur les bénéfices dilués par action pour la période de neuf mois close au 30 septembre 2011.

Au cours de la période de neuf mois close au 30 septembre 2012, nous avons généré des liquidités d'exploitation à hauteur de 1,6 milliard de dollars avant changements des actifs et passifs d'exploitation hors caisse, et investi 487 millions de dollars en actifs et passifs d'exploitation hors caisse. Les activités d'investissement totales au terme des neufs premiers mois de 2012 s'élevaient à 972 millions de dollars, dont 796 millions de dollars dans les additions d'actifs fixes, une hausse de 97 millions de dollars dans les investissements et autres actifs et 79 millions de dollars dans l'achat d'actifs auxiliaires.

Un exposé plus détaillé de nos résultats financiers consolidés pour le troisième trimestre et la période de neuf mois close au 30 septembre 2012 figure dans le document intitulé « Management's Discussion and Analysis of Results of Operations and Financial Position » (Commentaires et analyse des résultats d'exploitation et de la situation financière par la direction), ainsi que dans les états financiers consolidés intérimaires non-audités et les notes afférentes qui sont joints au présent communiqué de presse.

DIVIDENDES

Notre conseil d'administration a déclaré aujourd'hui un dividende trimestriel de 0,275 $    concernant nos actions ordinaires en circulation pour le trimestre clos au 30 septembre 2012. Ce dividende sera exigible le 14 décembre 2012 par les actionnaires inscrits au 30 novembre 2012.

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

Sous réserve de l'approbation des bourses de Toronto et de New York, notre conseil d'administration a autorisé une offre publique de rachat de 12,0 millions de nos actions ordinaires, dans le cours normal des activités. Cette nouvelle offre publique de rachat devrait débuter le 13 novembre 2012 ou aux environs de cette date et s'achèvera un an plus tard.

AFFAIRES DIVERSES

Nous avons également annoncé que Frank Stronach, fondateur de Magna et président honoraire, a décidé de quitter ses fonctions de membre du conseil d'administration, avec effet immédiat.

Bill Young, le président de Magna, a déclaré : « Au nom du conseil d'administration, je souhaiterais remercier Frank pour son immense contribution au succès de Magna au cours des soixante dernières années ».

Frank Stronach a quant à lui déclaré : « Cela fait maintenant deux ans que le contrôle de Magma a changé de mains et durant cette période, j'ai été impliqué dans de nombreuses activités en dehors de l'industrie automobile.  L'une de ces activités concerne la politique en Autriche et je ne veux pas que mes opinions politiques soient assimilées à mon rôle au sein du conseil d'administration de Magna. Pour cette raison, je pense qu'il est temps pour moi de quitter mes fonctions au sein du conseil d'administration de Magna.  Magna est entre d'excellentes mains, avec une équipe de direction expérimentée et des membres du conseil d'administration très compétents. Bien sûr, en tant que président honoraire, je serai toujours disponible pour apporter des conseils, si le conseil d'administration ou la direction me le demande ».

Don Walker, le président-directeur général de Magna a ajouté, quant à lui : « Personnellement et au nom de l'ensemble de nos employés, je souhaiterais remercier Frank pour tout ce qu'il a fait dans cette entreprise.  Je voudrais également assurer toutes nos parties prenantes de notre engagement total envers la Charte d'entreprise, la Charte des droits des employés et les Principes opérationnels. Ceux-ci et les autres éléments de la culture d'entreprise équitable que Frank a créé ont été la pierre angulaire du succès de Magna au fil des années, et nous espérons qu'ils seront déterminants pour notre réussite future ».

PERSPECTIVES 2012 ACTUALISÉES

   
        Production de véhicules légers
        (unités)
                      Amérique du Nord               15,3 millions
                      Europe
                      occidentale                    12,6 millions
     
        Ventes de produits
                                                     15,1 milliards de $
                                                        - 15,4
                      Amérique du Nord                    milliards de $
                                                      8,6 milliards de $
                                                        - 8,8
                      Europe                              milliards de $
                                                      1,8 milliard de $
                                                        - 1,9
                      Reste du monde                      milliard de $
                      Vente                          25,5 milliards de $
                      totale                            - 26,1
                      de produits                         milliards de $
     
                                                      2,4 milliards de $
        Ventes de véhicules complets                    - 2,6
        assemblés                                         milliards de $
   
                                                     30,3 milliards de $
                                                        - 31,2
         Ventes totales milliards                         milliards de $
   
                                                           Gamme basse à
        Marge d'exploitation(*) (**)                        moyenne 5 %
     
                                                               Environ
        Taux d'imposition*                                       25 %
     
                                                                Environ
        Dépenses en capital                            1,4 milliard de $
   
   
        * Excluant tout autre revenu, marge nette (éléments inhabituels)
    ** Excluant 52 millions d'amortissement d'immobilisations incorporelles liées à 
       l'acquisition d'E-Car


Dans les perspectives  pour 2012, nous n'avons considéré aucun désinvestissement ou acquisition matérielle, en dehors de la production de véhicules légers en 2012. Nous avons considéré en outre que les taux de change des devises les plus courantes dans lesquelles nous réalisons nos activités relativement à la devise utilisée dans nos rapports, le dollar américain, avoisineront les taux actuels.

À PROPOS DE MAGNA

Nous sommes un fournisseur automobile mondial de premier plan, comptant 305 installations de fabrication et 88 sites de développement de produits, ainsi que des centres d'ingénierie et de ventes dans 27 pays. Nos 117 000 employés ont pour but principal de fournir un service optimal à nos clients, grâce à des processus innovants et à une fabrication de classe mondiale. Nos capacités en matière de produits couvrent la production de la carrosserie, de châssis, d'intérieurs, d'extérieurs, de sièges, du groupe motopropulseur, d'appareils électroniques, de rétroviseurs, de fermetures et de modules et de systèmes de toits, ainsi qu'une ingénierie complète des véhicules et la fabrication en sous-traitance. Nos actions ordinaires sont cotées à la Bourse de valeurs de Toronto (MG) et à la Bourse de New York (MGA). Pour de plus amples informations au sujet de Magna, veuillez consulter notre site Internet à l'adresse   http://www.magna.com.

   
         
    Nous tiendrons une conférence téléphonique avec les analystes et actionnaires 
    intéressés, afin de discuter de nos résultats du troisième trimestre, le jeudi 8 
    novembre 2012, à 8h00, heure de l'Est. Cette téléconférence sera présidée par Don 
    Walker, président-directeur général. Le numéro à composer pour accéder à cette 
    conférence est le 1-877-360-1773. Les intervenants appelant depuis l'étranger
    doivent composer le 1-706-679-9940. Veuillez appeler au moins 10 minutes
    avant le début de la conférence. Nous diffuserons également cette conférence en ligne, 
    sur le site Internet http://www.magna.com. Le diaporama accompagnant la conférence 
    téléphonique sera disponible sur notre site Internet jeudi matin, avant la conférence.
 
    Pour tout complément d'information, veuillez contacter Louis Tonelli, vice-président
    des relations avec les investisseurs, au numéro 905-726-7035.
 
    Pour toute question concernant la téléconférence, veuillez contacter Karin Kaminski au
    numéro +1-905-726-7103.


ÉNONCÉS PRÉVISIONNELS

Le présent communiqué de presse contient des « énoncés prévisionnels », au sens de la législation relative aux valeurs mobilières applicable, incluant, à titre non limitatif, des énoncés liés à ce qui suit : les ventes de production prévues par Magna sur la base de ses prévisions de production de véhicule légers en Amérique du Nord et en Europe occidentale, ses ventes de production prévues sur ses secteurs Amérique du Nord, Europe et dans le reste du monde, ses ventes totales, ses ventes d'assemblage de véhicules complets, sa marge d'exploitation consolidée, son taux effectif d'imposition et ses dépenses d'actifs fixes, ainsi que les futurs achats de nos actions ordinaires selon notre offre publique de rachat dans le cours normal de nos activités. Les informations prévisionnelles contenues dans le présent document sont présentées afin de fournir des renseignements sur les attentes et les projets actuels de la direction, et peuvent ne pas être appropriées à d'autres fins. Les énoncés prévisionnels peuvent inclure des projections financières et autres, ainsi que des énoncés concernant nos projets futurs, nos objectifs et performances économiques, ou des hypothèses traitant d'un quelconque aspect de ce qui est ici présenté, ainsi que tout autre énoncé ne faisant pas le récit de faits historiques. Nous utilisons des mots tels que « peut », « voudrait », « pourrait », « devrait », « devra », « probable », « attente », « anticiper », « croire », « avoir l'intention », « projeter », « prévoir », « perspective », « projet », « estimer » ou des expressions similaires suggérant des résultats ou des événements futurs pour identifier des énoncés prévisionnels. Tout énoncé prévisionnel est basé sur les informations actuellement en notre possession et sur des hypothèses et analyses faites par nos soins à la lumière de notre expérience et de notre perception des tendances historiques, de la situation actuelle et des développements futurs attendus, de même que sur d'autres facteurs que nous considérons comme appropriés aux circonstances. Cependant, la conformité effective des résultats et développements à nos attentes et prévisions est soumise à un certain nombre de risques, d'hypothèses et d'incertitudes, dont un bon nombre ne dépend pas de nous, et dont les effets peuvent être difficiles à prévoir, incluant, à titre non limitatif : une croissance économique potentiellement plus lente que prévu, ou une détérioration de la situation économique, ou encore une longue période d'incertitude économique ; une baisse de confiance de la part des consommateurs et son impact sur les volumes de production ; les risques liés à des conditions économiques incertaines en Europe, y compris une détérioration potentielle des ventes de nos trois plus grands clients FEO (fabricants d'équipements d'origine) situés en Allemagne ; les mesures de restructuration des FEO, notamment les fermetures d'usine, les coûts de restructuration, de redimensionnement et/ou les autres coûts significatifs non récurrents ; les sous-performances continuelles d'une ou de plusieurs de nos divisions opérationnelles ; notre capacité à lancer avec succès d'anciennes ou de nouvelles activités matérielles ; les risques liés aux liquidités ; les risques relatifs à la défaillance d'une institution financière majeure ; la faillite ou l'insolvabilité d'un client ou d'un fournisseur majeur ; une interruption prolongée de l'approvisionnement en composants ; les arrêts de production prévus des installations de production de nos clients (généralement au cours des troisième et quatrième trimestres de chaque année calendaire) ; la fermeture de nos installations de production ou de celles de nos clients ou sous-fournisseurs en raison d'une interruption du travail, notre compétitivité par rapport aux autres fournisseurs automobiles, une réduction de l'externalisation par nos clients ou la perte d'un programme d'assemblage ou de production, la résiliation ou le non-renouvellement par nos clients d'une commande de produits, l'abandon des technologies dans lesquelles nous investissons, les charges pour dépréciation liées aux écarts d'acquisition, aux actifs à long terme et aux actifs d'impôts différés, les variations des parts de marché en défaveur de nos principaux clients, les variations des parts de marché concernant des véhicules ou segments de véhicules, les variations en défaveur des véhicules que nous possédons en grande quantité, les risques liés aux activités menées sur les marchés étrangers, y compris la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie et les autres marchés non traditionnels pour nous, la volatilité des prix des matières premières et notre capacité à y faire face, les fluctuations des valeurs de devises relatives, notre capacité à identifier, réaliser et intégrer des acquisitions ou à réaliser des synergies anticipées, les pressions constantes exercées sur les prix, y compris notre capacité à comprendre et compenser les concessions tarifaires demandées par nos clients, les coûts de garantie et de rappel ; notre capacité à comprendre et à nous positionner avec succès sur les marchés non automobiles où nous recherchons des opportunités, les risques liés aux catastrophes naturelles et aux potentielles perturbations de production, les facteurs pouvant causer une hausse de nos obligations de financement des retraites, les variations dans l'équilibre de nos gains entre des juridictions à moindre fiscalité et celles à fiscalité plus importante, ainsi que notre capacité à bénéficier pleinement des pertes fiscales, toute autre exposition fiscale potentielle, les réclamations devant les tribunaux à notre encontre et/ou les mesures réglementaires auxquelles nous sommes soumis, l'imprévisibilité et les fluctuations du prix boursier de nos Actions ordinaires, les grèves et les conflits sociaux ; les variations des cotes de crédit nous étant assignées ; les modifications légales et réglementaires publiques ; les coûts associés à la conformité aux lois et aux règlements sur la protection de l'environnement, les risques liés au secteur des véhicules électriques et les autres facteurs figurant dans notre Formulaire d'information annuel déposé auprès des commissions canadiennes sur les valeurs mobilières et dans notre rapport annuel sur Formulaire 40-F déposé auprès de la Commission d'échange et des valeurs mobilières (SEC) des États-Unis d'Amérique, ainsi que tous les rapports ultérieurs. En évaluant les énoncés prévisionnels, nous recommandons aux lecteurs de ne pas accorder une confiance injustifiée à ces prévisions et de prendre particulièrement en compte les différents facteurs qui pourraient causer un écart sensible entre les résultats ou les évènements réels et ceux indiqués dans ces énoncés prévisionnels. À moins que la législation applicable sur les valeurs mobilières n'en dispose autrement, nous n'entendons pas, et nous ne nous engageons à aucune obligation d'actualisation ou de révision d'aucun énoncé prévisionnel afin de refléter des informations, événements, résultats, circonstances ou autres faits ultérieurs.

Pour de plus amples informations au sujet de Magna, veuillez consulter notre site Internet à l'adresse http://www.magna.com. Des copies des états financiers et d'autres documents publics sont disponibles en ligne dans le système d'analyse et de recherche de documents électroniques (SEDAR pour System for Electronic Document Analysis and Retrieval) des autorités boursières canadiennes, à l'adresse http://www.sedar.com, ainsi que dans le système de collecte, d'analyse et de recherche de données électroniques (EDGAR pour Electronic Data Gathering, Analysis and Retrieval System) de la Commission des opérations boursières (SEC) des États-Unis d'Amérique, consultable à l'adresse Internet suivante : http://www.sec.gov

Pour tout complément d'information, veuillez contacter Louis Tonelli, Vice-président des relations avec les investisseurs, au numéro +1-905-726-7035.

More Stories By PR Newswire

Copyright © 2007 PR Newswire. All rights reserved. Republication or redistribution of PRNewswire content is expressly prohibited without the prior written consent of PRNewswire. PRNewswire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories
Cultural, regulatory, environmental, political and economic (CREPE) conditions over the past decade are creating cross-industry solution spaces that require processes and technologies from both the Internet of Things (IoT), and Data Management and Analytics (DMA). These solution spaces are evolving into Sensor Analytics Ecosystems (SAE) that represent significant new opportunities for organizations of all types. Public Utilities throughout the world, providing electricity, natural gas and water, are pursuing SmartGrid initiatives that represent one of the more mature examples of SAE. We have spoken with, or attended presentations from, utilities in the United States, South America, Asia and Europe. This session will provide a look at the CREPE drivers for SmartGrids and the solution spaces used by SmartGrids today and planned for the near future. All organizations can learn from SmartGrid’s use of Predictive Maintenance, Demand Prediction, Cloud, Big Data and Customer-facing Dashboards...
The Internet of Things (IoT) is going to require a new way of thinking and of developing software for speed, security and innovation. This requires IT leaders to balance business as usual while anticipating for the next market and technology trends. Cloud provides the right IT asset portfolio to help today’s IT leaders manage the old and prepare for the new. Today the cloud conversation is evolving from private and public to hybrid. This session will provide use cases and insights to reinforce the value of the network in helping organizations to maximize their company’s cloud experience.
IoT is still a vague buzzword for many people. In his session at Internet of @ThingsExpo, Mike Kavis, Vice President & Principal Cloud Architect at Cloud Technology Partners, will discuss the business value of IoT that goes far beyond the general public's perception that IoT is all about wearables and home consumer services. The presentation will also discuss how IoT is perceived by investors and how venture capitalist access this space. Other topics to discuss are barriers to success, what is new, what is old, and what the future may hold.
Whether you're a startup or a 100 year old enterprise, the Internet of Things offers a variety of new capabilities for your business. IoT style solutions can help you get closer your customers, launch new product lines and take over an industry. Some companies are dipping their toes in, but many have already taken the plunge, all while dramatic new capabilities continue to emerge. In his session at Internet of @ThingsExpo, Reid Carlberg, Senior Director, Developer Evangelism at salesforce.com, to discuss real-world use cases, patterns and opportunities you can harness today.
All major researchers estimate there will be tens of billions devices – computers, smartphones, tablets, and sensors – connected to the Internet by 2020. This number will continue to grow at a rapid pace for the next several decades. With major technology companies and startups seriously embracing IoT strategies, now is the perfect time to attend @ThingsExpo in Silicon Valley. Learn what is going on, contribute to the discussions, and ensure that your enterprise is as "IoT-Ready" as it can be!
Noted IoT expert and researcher Joseph di Paolantonio (pictured below) has joined the @ThingsExpo faculty. Joseph, who describes himself as an “Independent Thinker” from DataArchon, will speak on the topic of “Smart Grids & Managing Big Utilities.” Over his career, Joseph di Paolantonio has worked in the energy, renewables, aerospace, telecommunications, and information technology industries. His expertise is in data analysis, system engineering, Bayesian statistics, data warehouses, business intelligence, data mining, predictive methods, and very large databases (VLDB). Prior to DataArchon, he served as a VP and Principal Analyst with Constellation Group. He is a member of the Boulder (Colo.) Brain Trust, an organization with a mission “to benefit the Business Intelligence and data management industry by providing pro bono exchange of information between vendors and independent analysts on new trends and technologies and to provide vendors with constructive feedback on their of...
Software AG helps organizations transform into Digital Enterprises, so they can differentiate from competitors and better engage customers, partners and employees. Using the Software AG Suite, companies can close the gap between business and IT to create digital systems of differentiation that drive front-line agility. We offer four on-ramps to the Digital Enterprise: alignment through collaborative process analysis; transformation through portfolio management; agility through process automation and integration; and visibility through intelligent business operations and big data.
There will be 50 billion Internet connected devices by 2020. Today, every manufacturer has a propriety protocol and an app. How do we securely integrate these "things" into our lives and businesses in a way that we can easily control and manage? Even better, how do we integrate these "things" so that they control and manage each other so our lives become more convenient or our businesses become more profitable and/or safe? We have heard that the best interface is no interface. In his session at Internet of @ThingsExpo, Chris Matthieu, Co-Founder & CTO at Octoblu, Inc., will discuss how these devices generate enough data to learn our behaviors and simplify/improve our lives. What if we could connect everything to everything? I'm not only talking about connecting things to things but also systems, cloud services, and people. Add in a little machine learning and artificial intelligence and now we have something interesting...
Last week, while in San Francisco, I used the Uber app and service four times. All four experiences were great, although one of the drivers stopped for 30 seconds and then left as I was walking up to the car. He must have realized I was a blogger. None the less, the next car was just a minute away and I suffered no pain. In this article, my colleague, Ved Sen, Global Head, Advisory Services Social, Mobile and Sensors at Cognizant shares his experiences and insights.
We are reaching the end of the beginning with WebRTC and real systems using this technology have begun to appear. One challenge that faces every WebRTC deployment (in some form or another) is identity management. For example, if you have an existing service – possibly built on a variety of different PaaS/SaaS offerings – and you want to add real-time communications you are faced with a challenge relating to user management, authentication, authorization, and validation. Service providers will want to use their existing identities, but these will have credentials already that are (hopefully) irreversibly encoded. In his session at Internet of @ThingsExpo, Peter Dunkley, Technical Director at Acision, will look at how this identity problem can be solved and discuss ways to use existing web identities for real-time communication.
Can call centers hang up the phones for good? Intuitive Solutions did. WebRTC enabled this contact center provider to eliminate antiquated telephony and desktop phone infrastructure with a pure web-based solution, allowing them to expand beyond brick-and-mortar confines to a home-based agent model. It also ensured scalability and better service for customers, including MUY! Companies, one of the country's largest franchise restaurant companies with 232 Pizza Hut locations. This is one example of WebRTC adoption today, but the potential is limitless when powered by IoT. Attendees will learn real-world benefits of WebRTC and explore future possibilities, as WebRTC and IoT intersect to improve customer service.
From telemedicine to smart cars, digital homes and industrial monitoring, the explosive growth of IoT has created exciting new business opportunities for real time calls and messaging. In his session at Internet of @ThingsExpo, Ivelin Ivanov, CEO and Co-Founder of Telestax, will share some of the new revenue sources that IoT created for Restcomm – the open source telephony platform from Telestax. Ivelin Ivanov is a technology entrepreneur who founded Mobicents, an Open Source VoIP Platform, to help create, deploy, and manage applications integrating voice, video and data. He is the co-founder of TeleStax, an Open Source Cloud Communications company that helps the shift from legacy IN/SS7 telco networks to IP-based cloud comms. An early investor in multiple start-ups, he still finds time to code for his companies and contribute to open source projects.
The Internet of Things (IoT) promises to create new business models as significant as those that were inspired by the Internet and the smartphone 20 and 10 years ago. What business, social and practical implications will this phenomenon bring? That's the subject of "Monetizing the Internet of Things: Perspectives from the Front Lines," an e-book released today and available free of charge from Aria Systems, the leading innovator in recurring revenue management.
The Internet of Things will put IT to its ultimate test by creating infinite new opportunities to digitize products and services, generate and analyze new data to improve customer satisfaction, and discover new ways to gain a competitive advantage across nearly every industry. In order to help corporate business units to capitalize on the rapidly evolving IoT opportunities, IT must stand up to a new set of challenges.
There’s Big Data, then there’s really Big Data from the Internet of Things. IoT is evolving to include many data possibilities like new types of event, log and network data. The volumes are enormous, generating tens of billions of logs per day, which raise data challenges. Early IoT deployments are relying heavily on both the cloud and managed service providers to navigate these challenges. In her session at 6th Big Data Expo®, Hannah Smalltree, Director at Treasure Data, to discuss how IoT, Big Data and deployments are processing massive data volumes from wearables, utilities and other machines.
P2P RTC will impact the landscape of communications, shifting from traditional telephony style communications models to OTT (Over-The-Top) cloud assisted & PaaS (Platform as a Service) communication services. The P2P shift will impact many areas of our lives, from mobile communication, human interactive web services, RTC and telephony infrastructure, user federation, security and privacy implications, business costs, and scalability. In his session at Internet of @ThingsExpo, Erik Lagerway, Co-founder of Hookflash, will walk through the shifting landscape of traditional telephone and voice services to the modern P2P RTC era of OTT cloud assisted services.
While great strides have been made relative to the video aspects of remote collaboration, audio technology has basically stagnated. Typically all audio is mixed to a single monaural stream and emanates from a single point, such as a speakerphone or a speaker associated with a video monitor. This leads to confusion and lack of understanding among participants especially regarding who is actually speaking. Spatial teleconferencing introduces the concept of acoustic spatial separation between conference participants in three dimensional space. This has been shown to significantly improve comprehension and conference efficiency.
The Internet of Things is tied together with a thin strand that is known as time. Coincidentally, at the core of nearly all data analytics is a timestamp. When working with time series data there are a few core principles that everyone should consider, especially across datasets where time is the common boundary. In his session at Internet of @ThingsExpo, Jim Scott, Director of Enterprise Strategy & Architecture at MapR Technologies, will discuss single-value, geo-spatial, and log time series data. By focusing on enterprise applications and the data center, he will use OpenTSDB as an example to explain some of these concepts including when to use different storage models.
SYS-CON Events announced today that Gridstore™, the leader in software-defined storage (SDS) purpose-built for Windows Servers and Hyper-V, will exhibit at SYS-CON's 15th International Cloud Expo®, which will take place on November 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. Gridstore™ is the leader in software-defined storage purpose built for virtualization that is designed to accelerate applications in virtualized environments. Using its patented Server-Side Virtual Controller™ Technology (SVCT) to eliminate the I/O blender effect and accelerate applications Gridstore delivers vmOptimized™ Storage that self-optimizes to each application or VM across both virtual and physical environments. Leveraging a grid architecture, Gridstore delivers the first end-to-end storage QoS to ensure the most important App or VM performance is never compromised. The storage grid, that uses Gridstore’s performance optimized nodes or capacity optimized nodes, starts with as few a...
The Transparent Cloud-computing Consortium (abbreviation: T-Cloud Consortium) will conduct research activities into changes in the computing model as a result of collaboration between "device" and "cloud" and the creation of new value and markets through organic data processing High speed and high quality networks, and dramatic improvements in computer processing capabilities, have greatly changed the nature of applications and made the storing and processing of data on the network commonplace. These technological reforms have not only changed computers and smartphones, but are also changing the data processing model for all information devices. In particular, in the area known as M2M (Machine-To-Machine), there are great expectations that information with a new type of value can be produced using a variety of devices and sensors saving/sharing data via the network and through large-scale cloud-type data processing. This consortium believes that attaching a huge number of devic...