Welcome!

Microsoft Cloud Authors: Yeshim Deniz, Serafima Al, Janakiram MSV, John Katrick, David H Deans

News Feed Item

SES : UNE CROISSANCE SOLIDE SUR LES NEUF PREMIERS MOIS

SES S.A. (Paris:SESG) (LuxX:SESG) publie ses résultats au titre des neuf premiers mois et du troisième trimestre clos le 30 septembre 2012.

FAITS MARQUANTS

  • Chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de 1 359,6 millions d’euros
    • Progression de 6,1 % par rapport à l’exercice précédent (+1,6 % à taux de change constants)
  • EBITDA sur les neuf premiers mois de 1 012,0 millions d’euros
    • Hausse de 6,4 % par rapport à l’année précédente (+1,8 % à taux de change constants)
    • Marge EBITDA de 74,4 % (74,2 % en 2011)
  • Résultat net part du groupe sur les neuf premiers mois de 456,4 millions d’euros (446,7 millions d’euros en 2011)
    • Progression de 2,2 % par rapport à l’exercice précédent
  • Endettement net / EBITDA de 3,02 fois à la fin de la période (3,13 fois en 2011)
  • Carnet de commandes d’un niveau historique de 7,2 milliards d’euros
    • Progression par rapport au niveau de 6,8 milliards d’euros au 30 juin 2012
    • 1,3 milliard d’euros de renouvellements et de nouveaux contrats signés depuis le début de l’année
    • 24 répéteurs renouvelés à long terme par Canal+
    • Renouvellement d’un contrat par la BBC portant sur six répéteurs
  • Lancement réussi et mise en service de SES-4 et SES-5
  • Lancement réussi d’ASTRA 2F qui entrera en service commercial en novembre 2012

Romain Bausch, Président et Directeur général de SES, commente ainsi ces résultats :

« Les résultats financiers sur les neuf premiers mois de 2012 sont conformes à nos anticipations. En dépit de l’arrêt des transmissions analogiques en Allemagne intervenu à la fin du mois d’avril, une solide croissance sous-jacente a fait progresser le chiffre d’affaires de 1,6 % à taux de change constants. En neutralisant l’impact de l’analogique, le chiffre d’affaires a enregistré une croissance de 7,5 %. Sur la période, SES a réussi le lancement de trois satellites (SES-4, SES-5, ASTRA 2F), dont deux sont d’ores et déjà entrés en service. Les renouvellements et les nouveaux contrats conclus ont porté notre carnet de commandes à un niveau record de 7,2 milliards d’euros, preuve de la confiance que nous témoignent nos clients. Nous nous attendons à une croissance du chiffre d’affaires et de l’EBITDA sur l’exercice entier qui sera conforme à nos prévisions. SES confirme par ailleurs ses prévisions pour la période 2012-2014 avec un taux de croissance moyenne annuelle du chiffre d’affaires et de l’EBITDA (à taux de change constants) d’environ 4,5 %. Une fois de plus, SES a fait la preuve de la résilience du secteur des satellites dans un contexte de repli conjoncturel. »

Synthèse des résultats financiers sur les neuf premiers mois de 2012

Depuis le début de l’exercice, le chiffre d’affaires publié a augmenté de 6,1 %, à 1 359,6 millions d’euros. A taux de change constants, le chiffre d’affaires a progressé de 1,6 % malgré l’impact significatif de l’arrêt des transmissions analogiques en Allemagne à la fin du mois d’avril. La perte de chiffre d’affaires qui en résulte sur une période de cinq mois depuis le début de l’année a été largement compensée par la contribution du satellite Quetzsat-1, qui a alimenté le chiffre d’affaires sur neuf mois entiers, par les ventes d’autres capacités, par les services fournis grâce à la charge utile en bande Ka de SES-3, mais aussi par la croissance du segment de services en Europe (principalement HD+). En neutralisant l’impact défavorable de l’arrêt des transmissions analogiques, la croissance du chiffre d’affaires sous-jacente s’établissait à 7,5 % à taux de change constants.

Les charges opérationnelles telles que publiées ont augmenté de 17,5 millions d’euros (+5,3 %) à 347,6 millions d’euros, sous l’effet du raffermissement du dollar et, à taux de change constants, de 3,2 millions d’euros (+0,9%). L’accroissement du coût des ventes, lié à la bonne performance des activités de service, a été largement compensé par les économies sous-jacentes générées par la maîtrise des coûts dans le segment des infrastructures et par l’effet non récurrent des charges exceptionnelles encourues en 2011.

L’EBITDA publié a progressé de 6,4 % à 1 012,0 millions d’euros et de 1,8 % à taux de change constants, reflétant la robustesse du segment des infrastructures et l’effet de levier correspondant, ainsi que la maîtrise des coûts dans ce secteur et l’absorption de l’impact défavorable lié à l’arrêt de l’analogique en Allemagne. La marge EBITDA totale s’établissait à 74,4 % sur les neuf premiers mois, un niveau légèrement supérieur à celui de l’année précédente (74,2 %). La marge EBITDA du segment des infrastructures a atteint 83,8 % (contre 82,9 % en 2011), et la marge EBITDA du segment des services a atteint 14,2 % (contre 14,9 % en 2011). En neutralisant l’impact défavorable de l’arrêt de l’analogique, la croissance de l’EBITDA se situait à 10,0 % à taux de change constants.

Les dotations aux amortissements ont augmenté de 13,1 % à 386,3 millions d’euros (+7,4% à taux de change constants) en raison essentiellement de l’accroissement de la flotte satellitaire, ainsi que d’une provision pour dépréciation de 3 millions d’euros au premier trimestre.

Le résultat opérationnel a progressé de 2,6 % à 625,7 millions d’euros (et diminué de 1,4 % à taux de change constants) sous l’effet de l’augmentation des dotations aux amortissements, liée à l’accroissement de la flotte satellitaire.

Depuis le début de l’année, les charges financières nettes ont augmenté de 18,4 millions d’euros par rapport à la même période de l’exercice précédent, suite à une évolution moins favorable des gains sur opérations de change, et suite à une moindre capitalisation des intérêts. La réduction de la charge fiscale et l’absence d’impact négatif des activités abandonnées au cours de la même période de l’exercice précédent ont contribué à une augmentation de 2,2 % du résultat net part du groupe à 456,4 millions d’euros.

Au 30 septembre 2012, le ratio d’endettement net sur EBITDA s’établissait à 3,02 fois, contre 3,13 au 30 septembre 2011.

Résultats financiers du troisième trimestre 2012

Le chiffre d’affaires publié au titre du troisième trimestre a augmenté de 8,7 % à 467,7 millions d’euros, porté entre autres par un redressement du dollar. A taux de change constants, le chiffre d’affaires était en hausse de 1,8 % par rapport au troisième trimestre de l’exercice précédent, grâce à l’évolution favorable du segment des infrastructures et de celui des services, qui a largement compensé l’impact significatif de l’arrêt de l’analogique en Allemagne. A la contribution de QuetzSat-1 sur l’ensemble de la période est venue s’ajouter celle des ventes d’autres infrastructures et des services fournis par la charge utile en bande Ka de SES-3. La contribution des activités de services en Europe a également augmenté, principalement grâce à la croissance de la plate-forme HD+ en Allemagne. En neutralisant l’impact défavorable de l’arrêt des transmissions analogiques, la croissance sous-jacente du chiffre d’affaires total s’établissait à 10,9 %, à taux de change constants. L’EBITDA publié a progressé de 8,4 % à 346,9 millions d’euros et de 1,1 % à taux de change constants. La marge EBITDA totale pour le troisième trimestre s’élevait à 74,2 % et reste ainsi robuste.

La hausse des dotations aux amortissements et de la charge fiscale au cours du trimestre ont largement absorbé l’évolution favorable de l’EBITDA, entraînant une augmentation modérée du résultat net part du groupe au troisième trimestre à 157,7 millions d’euros.

Synthèse des activités opérationnelles

Trois satellites ont été lancés avec succès au cours des neuf premiers mois de 2012, et deux d’entre eux, SES-4 et SES-5, sont désormais entrés en service.

ASTRA 2F, le 52ème satellite de SES qui a été lancé avec succès à bord d’une fusée Ariane 5 le 29 septembre, est actuellement soumis à des tests en orbite. Le satellite est équipé de charges utiles en bande Ku et en bande Ka dédiées à la fourniture de services en réception directe hautement performants et de services à haut débit de la nouvelle génération. Il est le premier d’un programme d’investissement de trois satellites (ASTRA 2E, 2F et 2G), qui fourniront des capacités de remplacement et des capacités supplémentaires pour les marchés britannique et irlandais via la plate-forme satellitaire 28,2/28,5 degrés Est. Les nouveaux satellites de cette plate-forme utiliseront, dès octobre 2013, des fréquences supplémentaires dont le droit d’utilisation a été accordé à SES par Media Broadcast. Le nouveau satellite ASTRA 2F fournit des capacités en bande Ku pour les services en réception directe destinés aux marchés britannique et irlandais, ainsi que pour les services pan-européens et ceux ciblant les marchés subsahariens. La charge utile en bande Ka permettra à SES Broadband Services de proposer jusqu’à 20 Mbps en liaison descendante. Le satellite devrait entrer en service commercial d’ici la fin du mois de novembre 2012. En octobre 2012, Eutelsat a déposé une requête d’arbitrage contre SES, arguant du fait que l’utilisation, par SES, des bandes de fréquences supplémentaires accordées par Media Broadcast correspondrait à une violation des termes de l’ « Intersystem Coordination Agreement » (Accord de coordination inter-système) signé entre SES et Eutelsat en 1999. SES conteste vigoureusement la position d’Eutelsat et assurera la défense de ses droits d’utiliser ces fréquences à partir du 4 octobre 2013.

Au 30 septembre 2012, le taux d’utilisation des répéteurs du groupe s’établissait à 72,6 %, soit 1 045 sur les 1 440 répéteurs commercialement disponibles. Cette réduction du taux d’utilisation par rapport à celui de 81,0 % pour la même période de l’exercice précédent et de 77,0 % au deuxième trimestre 2012 résulte de plusieurs facteurs : le lancement de nouvelles capacités, dont celles de QuetzSat-1, la charge utile YahLive à bord de YahSat-1A, les satellites SES-4, SES-5 et NSS-7 ; mais aussi l’impact défavorable de l’interruption des transmissions analogiques en Allemagne et l’expiration de contrats avec des câblo-opérateurs à la position 23,5 degrés Est.

Europe

En Europe, le chiffre d’affaires à taux de change constants s’est replié de 3,3 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. La capacité satellitaire disponible a augmenté de 44 répéteurs par rapport à la même période, les nouvelles capacités sur le faisceau nordique de SES-5 venant s’ajouter à celles résultant du redéploiement de deux satellites (ASTRA 1F et ASTRA 1N). La capacité satellitaire utilisée a diminué de douze répéteurs, suite à l’interruption des transmissions analogiques en Allemagne (32 répéteurs) et à l’expiration de contrats avec des câblo-opérateurs à la position 23,5 degrés Est (15 répéteurs), qui ont cependant été largement compensées par la commercialisation de nouveaux répéteurs utilisés pour la diffusion de programmes de télévision en réception directe et d’autres applications. Un renouvellement de contrat à long terme a été conclu avec Canal+, prolongeant la durée de contrat des 24 répéteurs utilisés par le groupe à la position 19,2 degrés Est. SES a par ailleurs renouvelé un contrat à long terme avec la BBC portant sur six répéteurs, dont la capacité est destinée à diffuser des programmes à la fois en définition standard et en haute définition. Cette capacité est située sur les satellites SES à la position orbitale 28,2 degrés Est. Au 30 septembre 2012, le taux d’utilisation global des répéteurs dans la région s’établissait à 78,3 %, les prix des répéteurs étant restés stables.

Sur le marché allemand, la plate-forme HD+ pour la diffusion de chaînes de télévision commerciale en haute définition a poursuivi sa forte croissance. Au 30 septembre 2012, le nombre de foyers actifs de HD+ s’élevait à 2 800 631. Parmi ceux-ci, 761 456 étaient des abonnés payants. Les foyers restants bénéficient de la période d’essai gratuite de 12 mois. Selon les prévisions de la société, le nombre de foyers payants devrait franchir le cap du million d’ici à la fin de l’année.

Amérique du Nord

En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires à taux de change constants a augmenté de 4,7 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette progression s’explique principalement par les services fournis grâce à la charge utile en bande Ka de SES-3 ainsi que des contrats gouvernementaux sur des capacités satellitaires tierces. La capacité satellitaire disponible a diminué de 27 répéteurs en raison de déplacements de satellites et d’ajustements des charges utiles. La capacité utilisée sur la flotte satellitaire a diminué de dix répéteurs par rapport à la même période de l’exercice précédent ; les nouveaux contrats ont partiellement compensé la réduction des capacités sur les satellites AMC-15 et AMC-16, entraînant un taux d’utilisation de 76,5 %. Comme en Europe, les prix en Amérique du Nord sont restés stables.

International

Le chiffre d’affaires international a augmenté de 9,4 % à taux de change constants par rapport à la même période de l’exercice 2011. Au 30 septembre 2012, le nombre de répéteurs disponibles avait augmenté de 173 par rapport à l’année dernière. Cette progression tient aux nouvelles capacités de QuetzSat-1, SES-4 et SES-5, au redéploiement de NSS-7 à 340 degrés Est, à l’activation de la charge utile YahLive sur YahSat 1A et au redéploiement d’AMC-3 à 67 degrés Ouest, ainsi qu’à d’autres mouvements de la flotte. La capacité satellitaire utilisée a augmenté de 55 répéteurs par rapport à la même période de l’exercice précédent ; le taux d’utilisation global s’élevait à 67,6 %. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé reste stable.

Etat de santé des satellites

Plusieurs satellites exploités par SES souffrent de défaillances des circuits des panneaux solaires. Au cours du troisième trimestre, aucun événement n’a eu un impact sur les capacités commerciales disponibles sur ces satellites.

Perspectives et prévisions

Nous prévoyons une poursuite de la croissance, en particulier sur les marchés de la télévision en Europe occidentale, ainsi que pour toute une gamme d’applications dans les marchés émergents qui constituent la cible de l’expansion des capacités de SES. SES est bien positionnée pour répondre à la demande dans ces régions.

Depuis le début de l’année, la croissance à taux de change constants du chiffre d’affaires (+1,6 %) et de l’EBITDA (+1,8 %) est conforme aux prévisions de la société. En 2012, la croissance du chiffre d’affaires et de l’EBITDA sur l’exercice entier devrait être conforme aux prévisions. Pour la période 2012-2014, SES réitère également ses indications prévisionnelles relatives à un taux de croissance moyenne annuelle du chiffre d’affaires et de l’EBITDA d’environ 4,5 % (à taux de change constants).

Les résultats de SES de l’exercice 2012 seront publiés le 22 février 2013.

           

Compte de résultat consolidé résumé

 

En millions d’euros

T3 2012,

T3 2011,

Neuf
premiers
mois 2012

Neuf
premiers
mois 2011

 
Taux de change moyen du dollar US 1,2495 1,4388 1,2890 1,4167
 
Chiffre d’affaires 467,7 430,1 1 359,6 1 281,5
Charges d’exploitation (120,8 )   (110,2 ) (347,6 )   (330,1 )
EBITDA 346,9 319,9 1 012,0 951,4
 
Dotations aux amortissements (132,7 )   (112,0 ) (386,3 )   (341,5 )
Résultat opérationnel 214,2 207,9 625,7 609,9
 
Charges financières nettes (43,4 )   (44,2 ) (123,4 )   (105,0 )
Résultat avant impôt 170,8 163,7 502,3 504,9
 
Impôt sur les sociétés (10,7 )   (4,4 ) (38,6 )   (41,3 )
Résultat après impôt 160,1 159,3 463,7 463,6
 
Activités abandonnées -- -- -- (7,3 )
Quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence (2,3 ) (4,3 ) (7,4 ) (7,9 )
Intérêts minoritaires (0,1 )   (0,4 ) 0,1     (1,7 )
Résultat net part du groupe 157,7     154,6   456,4     446,7  
 

Evolution trimestrielle

En millions d’euros   T3

2011

  T4

2011

  T1

2012

  T2

2012

  T3

2012

 
Taux de change moyen du dollar US 1,4388 1,3641 1,3185 1,2991 1,2495
 
Chiffre d’affaires 430,1 451,6 450,2 441,7 467,7
Charges d’exploitation (110,2 )   (128,4 )   (112,9 )   (113,9 )   (120,8 )
EBITDA 319,9 323,2 337,3 327,8 346,9
 
Dotation aux amortissements sur immobilisations corporelles (103,4 ) (116,1 ) (118,1 ) (118,3 ) (124,2 )
Dotation aux amortissements sur immobilisations incorporelles. (8,6 )   (8,8 )   (8,7 )   (8,5 )   (8,5 )
Résultat opérationnel 207,9     198,3     210,5     201,0     214,2  
 

Utilisation des répéteurs par couverture régionale

Equivalent à 36 MHz       T3

2011

      T4

2011

      T1

2012

      T2

2012

      T3

2012

 
Nombre de répéteurs utilisés en Europe 282 300 298 271 270
Nombre de répéteurs disponibles en Europe 301 333 333 333 345
Taux d’utilisation en Europe (%) 93,7 % 90,1 % 89,5 % 81,4 % 78,3 %
 
Nombre de répéteurs utilisés en Amérique du Nord 307 302 296 301 297
Nombre de répéteurs disponibles en Amérique du Nord 415 392 390 388 388
Taux d’utilisation en Amérique du Nord (%) 74,0 % 77,0 % 75,9 % 77,6 % 76,5 %
 
Nombre de répéteurs utilisés à l’international 423 466 464 470 478
Nombre de répéteurs disponibles à l’international 534 590 614 633 707
Taux d’utilisation a l’international (%) 79,2 % 79,0 % 75,6 % 74,2 % 67,6 %
 
Groupe SES : Nombre de répéteurs utilisés 1 012 1 068 1 058 1 042 1 045
Groupe SES : Nombre de répéteurs disponibles 1 250 1 315 1 337 1 354 1 440
Groupe SES : taux d’utilisation en % 81,0 % 81,2 % 79,1 % 77,0 % 72,6 %
 

Chiffre d’affaires par couverture régionale

          Neuf   Neuf  
Tel que publié Variation premiers premiers Variation
(en millions d’euros) T3 2012 T3 2011 (%) mois 2012 mois 2011 (%)
 
Europe 220,5 242,7 -9,1 % 687,9 710,0 -3,1 %
Amérique du Nord 123,9 91,0 +36,2 % 316,2 274,7 +15,1 %
International 123,3   96,4   +27,9 % 355,5   296,8   +19,8 %
Groupe SES 467,7   430,1   +8,7 % 1 359,6   1 281,5   +6,1 %
 
Neuf Neuf
A taux de change constants Variation premiers premiers
(en millions d’euros) T3 2012 T3 2011 (%) mois 2012 mois 2011 Variation(%)
 
Europe 220,5 244,1 -9,7 % 687,9 711,7 -3,3 %
Amérique du Nord 123,9 104,8 +18,2 % 316,2 302,0 +4,7 %
International 123,3   110,5   +11,6 % 355,5   325,1   +9,4 %
Groupe SES 467,7   459,4   +1,8 % 1 359,6   1 338,8   +1,6 %
 

Analyse par segment d’activité

                  Eliminations/      
Autres
En millions d’euros Infrastructures Services opérations Total
Neuf premiers mois 2012
Chiffre d’affaires 1 190,5 280,9 (111,8) 1 359,6
EBITDA 997,2 39,9 (25,1) 1 012,0
Marge EBITDA 83,8 % 14,2 % -- 74,4 %
 
Neuf premiers mois 2011
Chiffre d’affaires 1 133,3 254,5 (106,3) 1 281,5
EBITDA 939,7 37,9 (26,2) 951,4
Marge EBITDA 82,9 % 14,9 % -- 74,2 %

1 Charges d’entreprise non allouées

 

Seul la version anglaise de ce communiqué fait foi

Pour toute information complémentaire, veuillez consulter notre site à l’adresse suivante : www.ses.com

CONFERENCES TELEPHONIQUES

Une conférence téléphonique sera organisée à l’intention des investisseurs et analystes à 14h00 (CET) aujourd’hui, 9 novembre 2012. Les personnes souhaitant y participer sont invitées à composer, cinq minutes avant, les numéros suivants :

Belgique             +32 (0)2 620 0137
France +33 (0)1 70 48 01 63
Allemagne +49 (0)69 2999 3285
Luxembourg +352 2088 1429
Royaume-Uni +44 (0)20 3450 9571
Etats-Unis +1 646 254 3373
 
Code de confirmation : 4706412
 

La présentation, dont il sera fait mention pendant la conférence téléphonique, pourra être téléchargée à la section Relations Investisseurs de notre site Web : www.ses.com

Une diffusion en différé sera disponible pendant une semaine sur notre site Web : www.ses.com

Avertissement / Déclaration « Safe Habor » de limitation de responsabilité

Le présent document ne saurait, dans aucun territoire et en particulier aux Etats-Unis, constituer une quelconque offre de vente ou une quelconque sollicitation d’offre d’achat ni en faire partie ou être interprété dans ce sens ; il ne saurait davantage être considéré comme un quelconque conseil en matière d’investissement concernant l’un quelconque des titres de SES ; enfin, tout ou partie du présent document ne saurait servir de fondement à un quelconque contrat ou engagement quel qu’il soit, ni faire foi à cet effet.

SES, ses administrateurs, dirigeants ou conseillers, entre autres, ne font ni ne feront aucune déclaration de même qu’ils ne donnent ni ne donneront aucune garantie explicite ou implicite quant à l’exactitude, l’exhaustivité ou la sincérité des informations ou opinions contenues dans cette présentation. La confiance par vous accordée auxdites opinions ou informations s’entend à vos seuls risques et périls. Sans préjudice de ce qui précède, SES et l’un quelconque de ses administrateurs, dirigeants ou conseillers déclinent toute responsabilité, quelle qu’elle soit, en cas de perte liée directement ou indirectement à l’utilisation du présent document ou de son contenu ou pouvant autrement en découler.

Le présent document contient des « déclarations prospectives ». Les déclarations figurant dans le présent document, qui ne constituent pas des faits historiques, notamment celles relatives à la situation financière de SES, à sa stratégie commerciale, ses plans et objectifs de gestion des activités futures (y compris les plans et objectifs de développement liés aux produits et services de SES) sont des déclarations prospectives. Lesdites déclarations prospectives sont soumises à des risques connus et inconnus, à des incertitudes et autres facteurs importants susceptibles d’entraîner une différence significative entre les résultats réels, performances ou réalisations de SES et les résultats, performances ou réalisations futurs découlant explicitement ou implicitement desdites déclarations prospectives. Lesdites déclarations prospectives se fondent sur diverses hypothèses concernant SES, ses filiales et sociétés affiliées, ses stratégies commerciales actuelles et futures et l’environnement dans lequel SES est appelé à opérer à l’avenir. Or de telles hypothèses peuvent ou non se révéler correctes. Ces déclarations prospectives s’entendent exclusivement à la date des présentes. Les déclarations prospectives contenues dans le présent document et concernant les tendances ou activités passées ne préjugent pas de l’évolution ultérieure desdites tendances ou activités. SES et ses administrateurs, dirigeants ou conseillers ne sont aucunement tenus de mettre à jour ou modifier une quelconque déclaration prospective par suite d’une information nouvelle, d’événements futurs ou pour toute autre raison.

More Stories By Business Wire

Copyright © 2009 Business Wire. All rights reserved. Republication or redistribution of Business Wire content is expressly prohibited without the prior written consent of Business Wire. Business Wire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories
In his keynote at 18th Cloud Expo, Andrew Keys, Co-Founder of ConsenSys Enterprise, provided an overview of the evolution of the Internet and the Database and the future of their combination – the Blockchain. Andrew Keys is Co-Founder of ConsenSys Enterprise. He comes to ConsenSys Enterprise with capital markets, technology and entrepreneurial experience. Previously, he worked for UBS investment bank in equities analysis. Later, he was responsible for the creation and distribution of life settle...
Product connectivity goes hand and hand these days with increased use of personal data. New IoT devices are becoming more personalized than ever before. In his session at 22nd Cloud Expo | DXWorld Expo, Nicolas Fierro, CEO of MIMIR Blockchain Solutions, will discuss how in order to protect your data and privacy, IoT applications need to embrace Blockchain technology for a new level of product security never before seen - or needed.
Leading companies, from the Global Fortune 500 to the smallest companies, are adopting hybrid cloud as the path to business advantage. Hybrid cloud depends on cloud services and on-premises infrastructure working in unison. Successful implementations require new levels of data mobility, enabled by an automated and seamless flow across on-premises and cloud resources. In his general session at 21st Cloud Expo, Greg Tevis, an IBM Storage Software Technical Strategist and Customer Solution Architec...
Coca-Cola’s Google powered digital signage system lays the groundwork for a more valuable connection between Coke and its customers. Digital signs pair software with high-resolution displays so that a message can be changed instantly based on what the operator wants to communicate or sell. In their Day 3 Keynote at 21st Cloud Expo, Greg Chambers, Global Group Director, Digital Innovation, Coca-Cola, and Vidya Nagarajan, a Senior Product Manager at Google, discussed how from store operations and ...
Imagine if you will, a retail floor so densely packed with sensors that they can pick up the movements of insects scurrying across a store aisle. Or a component of a piece of factory equipment so well-instrumented that its digital twin provides resolution down to the micrometer.
A strange thing is happening along the way to the Internet of Things, namely far too many devices to work with and manage. It has become clear that we'll need much higher efficiency user experiences that can allow us to more easily and scalably work with the thousands of devices that will soon be in each of our lives. Enter the conversational interface revolution, combining bots we can literally talk with, gesture to, and even direct with our thoughts, with embedded artificial intelligence, whic...
When shopping for a new data processing platform for IoT solutions, many development teams want to be able to test-drive options before making a choice. Yet when evaluating an IoT solution, it’s simply not feasible to do so at scale with physical devices. Building a sensor simulator is the next best choice; however, generating a realistic simulation at very high TPS with ease of configurability is a formidable challenge. When dealing with multiple application or transport protocols, you would be...
We are given a desktop platform with Java 8 or Java 9 installed and seek to find a way to deploy high-performance Java applications that use Java 3D and/or Jogl without having to run an installer. We are subject to the constraint that the applications be signed and deployed so that they can be run in a trusted environment (i.e., outside of the sandbox). Further, we seek to do this in a way that does not depend on bundling a JRE with our applications, as this makes downloads and installations rat...
Widespread fragmentation is stalling the growth of the IIoT and making it difficult for partners to work together. The number of software platforms, apps, hardware and connectivity standards is creating paralysis among businesses that are afraid of being locked into a solution. EdgeX Foundry is unifying the community around a common IoT edge framework and an ecosystem of interoperable components.
DX World EXPO, LLC, a Lighthouse Point, Florida-based startup trade show producer and the creator of "DXWorldEXPO® - Digital Transformation Conference & Expo" has announced its executive management team. The team is headed by Levent Selamoglu, who has been named CEO. "Now is the time for a truly global DX event, to bring together the leading minds from the technology world in a conversation about Digital Transformation," he said in making the announcement.
In this strange new world where more and more power is drawn from business technology, companies are effectively straddling two paths on the road to innovation and transformation into digital enterprises. The first path is the heritage trail – with “legacy” technology forming the background. Here, extant technologies are transformed by core IT teams to provide more API-driven approaches. Legacy systems can restrict companies that are transitioning into digital enterprises. To truly become a lead...
Digital Transformation (DX) is not a "one-size-fits all" strategy. Each organization needs to develop its own unique, long-term DX plan. It must do so by realizing that we now live in a data-driven age, and that technologies such as Cloud Computing, Big Data, the IoT, Cognitive Computing, and Blockchain are only tools. In her general session at 21st Cloud Expo, Rebecca Wanta explained how the strategy must focus on DX and include a commitment from top management to create great IT jobs, monitor ...
"Cloud Academy is an enterprise training platform for the cloud, specifically public clouds. We offer guided learning experiences on AWS, Azure, Google Cloud and all the surrounding methodologies and technologies that you need to know and your teams need to know in order to leverage the full benefits of the cloud," explained Alex Brower, VP of Marketing at Cloud Academy, in this SYS-CON.tv interview at 21st Cloud Expo, held Oct 31 – Nov 2, 2017, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clar...
The IoT Will Grow: In what might be the most obvious prediction of the decade, the IoT will continue to expand next year, with more and more devices coming online every single day. What isn’t so obvious about this prediction: where that growth will occur. The retail, healthcare, and industrial/supply chain industries will likely see the greatest growth. Forrester Research has predicted the IoT will become “the backbone” of customer value as it continues to grow. It is no surprise that retail is ...
"Space Monkey by Vivent Smart Home is a product that is a distributed cloud-based edge storage network. Vivent Smart Home, our parent company, is a smart home provider that places a lot of hard drives across homes in North America," explained JT Olds, Director of Engineering, and Brandon Crowfeather, Product Manager, at Vivint Smart Home, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Oct 31 – Nov 2, 2017, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
SYS-CON Events announced today that Conference Guru has been named “Media Sponsor” of the 22nd International Cloud Expo, which will take place on June 5-7, 2018, at the Javits Center in New York, NY. A valuable conference experience generates new contacts, sales leads, potential strategic partners and potential investors; helps gather competitive intelligence and even provides inspiration for new products and services. Conference Guru works with conference organizers to pass great deals to gre...
The Internet of Things will challenge the status quo of how IT and development organizations operate. Or will it? Certainly the fog layer of IoT requires special insights about data ontology, security and transactional integrity. But the developmental challenges are the same: People, Process and Platform. In his session at @ThingsExpo, Craig Sproule, CEO of Metavine, demonstrated how to move beyond today's coding paradigm and shared the must-have mindsets for removing complexity from the develop...
In his Opening Keynote at 21st Cloud Expo, John Considine, General Manager of IBM Cloud Infrastructure, led attendees through the exciting evolution of the cloud. He looked at this major disruption from the perspective of technology, business models, and what this means for enterprises of all sizes. John Considine is General Manager of Cloud Infrastructure Services at IBM. In that role he is responsible for leading IBM’s public cloud infrastructure including strategy, development, and offering m...
"Evatronix provides design services to companies that need to integrate the IoT technology in their products but they don't necessarily have the expertise, knowledge and design team to do so," explained Adam Morawiec, VP of Business Development at Evatronix, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Oct 31 – Nov 2, 2017, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
To get the most out of their data, successful companies are not focusing on queries and data lakes, they are actively integrating analytics into their operations with a data-first application development approach. Real-time adjustments to improve revenues, reduce costs, or mitigate risk rely on applications that minimize latency on a variety of data sources. In his session at @BigDataExpo, Jack Norris, Senior Vice President, Data and Applications at MapR Technologies, reviewed best practices to ...